Rechercher
Toggle location

Peu polluant et écologique, le secteur fluvial essaie de faire valoir ses atouts, notamment afin de devenir un acteur majeur du transport vers les centres-villes. Le développement du fluvial, favorisée par l’ouverture prochaine du canal Seine-Nord Europe qui permettra de relier la Seine avec le canal de l’Escaut, va toutefois souligner les contraintes du secteur : espace navigable restreint, forte dépendance à la météo et besoins en un personnel encadrant plus importants que pour les autres modes de transport. Or, si les technologies sont de plus en plus présentes pour optimiser les flux de voitures, de trains ou d’avions, peu concernent le transport fluvial.

Fort de ce constat, BearingPoint s’est penché sur un système qui vise à fédérer les acteurs du transport fluvial. Présenté lors d’un hackathon organisé par le ministère allemand de la mobilité et axé sur l’utilisation des données en temps réel que génèrent les infrastructures de mobilités, le concept d’application a remporté le premier prix. La clef de la réussite de BearingPoint a été d’intégrer au sein de son innovation l’ensemble de l’écosystème du transport fluvial, permettant d’améliorer considérablement la gestion économique et logistique des différents acteurs du secteur.

Seule la partie concernant les skippers a pour le moment été développée. L’écosystème entier sera englobé dans les mois à venir, en utilisant la technologie Microsoft azure qui permet un échange via un cloud de données.

Fonctionnement du DSA

À la manière des différentes applications de gestion du flux routier en temps réel, DSA permet d’envoyer et recevoir des informations sur le réseau navigable entre les différents bateaux équipés. Ces données vont être analysées en utilisant les dernières découvertes scientifiques et permettre des apports pour les différents acteurs.

Un apport pour les navigants…

Pour les navigants, les intérêts à utiliser DSA sont multiples :

  • Optimisation des routes et des délais, en utilisant la connexion permanente aux données du trafic,
  • Optimisation du volume de fret, grâce à une meilleure prédiction de l’état de la mer/ du fleuve,
  • Amélioration de la sécurité, à travers un assistant virtuel de prévention des risques d’échouement et de collisions.

… pour les différents opérateurs …

 Pour les gérants du réseau et des infrastructures, DSA présente également un certain nombre d’avantages :

  • Prédiction rapide des opérations à venir pour les ports ou les écluses,
  • Obtention rapide d’informations sur les navires disponibles pour transporter des marchandises supplémentaires,
  • Amélioration de la numérisation des signalisations

… mais également pour des acteurs tiers

  • DSA va également contribuer à d’autres parties prenantes tierces (Services d’aide à l’amarrage, ravitailleurs ou chargés de maintenance des bateaux, chargés d’inspection, etc.) du transport maritime et fluvial, leur permettant d’anticiper leurs pics d’activités et de proposer un meilleur service.

Un déploiement progressif

Le déploiement complet de DSA est prévu pour être effectué en plusieurs étapes :  le but est de bénéficier des « quick win » des premières étapes et du développement en agile qui viendra enrichir l’application pour mettre en œuvre des fonctionnalités plus lourdes par la suite.

Un enjeu européen

Le développement du réseau fluvial transnational à travers les grands réseaux (ex. Danube, Rhin) ou les différentes interconnexions (ex. canal Seine Nord Europe, Seine Moselle Rhône) impliquent des besoins grandissants en termes de gestion et de sécurisation du trafic. L’application DSA répondra à ces besoins et BearingPoint se positionne comme un acteur important du transport connecté.

Auteurs:
Francois Lanquetot, Associé
Nicolas Martchenko, Consultant