Rechercher
Toggle location

“S’il y a moins d’intensité concurrentielle, cela pourrait ouvrir une fenêtre aux MVNO pour se développer un peu plus, mais cela restera assez marginal dans la mesure où Free restera un acteur majeur du marché dans l’entrée de gamme“, nuance pour sa part Sylvain Chevallier, spécialiste des télécoms et associé chez BearingPoint.

Pour les autres, il s’agira de profiter avant tout des marges de manoeuvre que permettra le retour à trois opérateurs. “La plupart des MVNO sont sur des marchés de niche, ils sont moins chers sur des types d’appels particuliers. Si fusion il y a demain, il y aura toujours autant de place, si ce n’est plus, sur ces marchés de niches“, conclut ainsi Sylvain Chevallier.

Sylvain Chevallier, Partner