Toggle master download
Rechercher
Toggle location

Profits en diminution, comportement changeant du consommateur, usage des terminaux mobiles en pleine croissance, digitalisation et compétition en hausse : tous ces facteurs font aujourd’hui pression sur l’industrie bancaire. Certains parlent de « Révolution » insistant sur la vitesse et les perturbations suscitées par ces faits nouveaux. D’autres parlent d’ « Evolution », accentuant leur caractère capital. D’une manière générale, le développement technologique rapide simplifie l’entrée de nouveaux acteurs sur le marché, et alimente la compétition entre les acteurs établis et les nouveaux participants. Ces nouveaux types de concurrents ne se contentent pas de chercher à voler des parts de marché aux banques, mais attaquent foncièrement leur modèle économique.

Ceux que l’on appelle FinTechs (un néologisme créé à partir des termes “services financiers” et “technologie”) veillent même à attirer les clients les plus traditionnels du secteur bancaire en proposant des services adaptés à leurs attentes, tandis que les banques peinent à innover en conséquence. La plupart des FinTechs se positionnent ainsi en tirant avantage du développement technologique et en misant sur une compréhension profonde des besoins des clients, besoins que les banques semblent avoir du mal à combler. Les FinTechs peuvent proposer des alternatives supplémentaires ou concurrentes, faciles et flexibles, ou encore des compléments aux solutions bancaires, et ce à moindre coût : des hiérarchies horizontales et des structures organisationnelles perméables leur permettent généralement de s’adapter rapidement aux changements du marché, et de bénéficier de cycles de mise en vente plus courts. Leur orientation client, la transparence de leurs offres aussi bien que leur capacité à innover les distinguent aujourd’hui clairement des banques.

Bien qu’au début, les banques aient pu jouer sur la puissance et le potentiel perturbateur des FinTechs, il est devenu entre-temps tout à fait évident que ces derniers sont entrés dans la partie pour y rester.

Pour en savoir plus, téléchargez le livre blanc.

  • Michael Arndt

More insights