Toggle master download
Rechercher
Toggle location

L’Unesco estimait en 2010 que 50% des pays en développement étaient exposés à des sources d’eau polluées. Le changement climatique, la croissance démographique et l’urbanisation des populations ne font que complexifier la recherche d’un équilibre entre offre et demande d’eau traitée. Ainsi, alors que les ressources en eau ne sont pas extensibles, la demande en eau potable à usage agricole devrait augmenter au rythme de 20 milliards de m3 par an d’ici 2050 (soit une augmentation de 19% au total, selon le 4ème rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau). Plusieurs solutions sont possibles pour viser cet équilibre. Côté demande, il est possible de réduire le gaspillage en jouant sur les fuites des réseaux – de l’ordre de 20% -, l’inadaptation des cultures agricoles, la consommation excessive par les utilisateurs industriels et particuliers. Côté offre, et dans un contexte de ressources en eau douce déjà sur-sollicitées, les solutions passent par le retraitement de l’eau déjà accessible mais impropre. Le retraitement est possible par la désalinisation de l’eau de mer ou la réutilisation des eaux usées. Ces deux solutions techniques ne sont pas concurrentes mais plutôt complémentaires. La réutilisation est particulièrement prometteuse car elle est en mesure de répondre plus facilement et à moindre coût aux questions de dépollution et de demande en eau d’irrigation. Avec une production d’eau recyclée quotidienne de 28 millions de m3 en 2010 et estimée à 79 millions de m3 en 2016 (soit presque 30 milliards de m3 par an), la réutilisation semble une réponse prometteuse sur le principe et nécessaire dans les faits. Un marché incontournable pour les fontainiers, sous réserve d’en éviter les écueils…

Auteur:
Pierre Labarthe, Manager

Vous pourriez aussi être intéressé par