Rechercher
Toggle location

Avec Apple Sim, la firme de Cupertino a engagé, sur le plan stratégique, un rapport de forces avec les opérateurs. Apple effectue une sorte de test en évaluant jusqu’où il peut aller dans la désintermédiation de la relation entre l’opérateur et ses abonnés. Aujourd’hui, Apple a besoin des opérateurs et vice-versa. Avec l’Apple SIM, la firme californienne évalue aussi la faisabilité technique de son approche. Quelle sera la perception des clients ? Avec l’iPAd, l’enjeu n’est pas si important que cela, il n’y a environ que 25 % des iPad qui sont vendus en version cellulaire et seulement la moitié de cette proportion qui a une carte SIM active, soit 12 % environ. Dans un monde futur et idéal du point de vue d’Apple, ce serait lui qui négocierait directement avec les opérateurs des offres tarifaires différenciées, pour ses propres clients, lesquels ne verraient plus du tout l’opérateur dans la relation commerciale. Les opérateurs veulent éviter ce scénario, tout en sachant que le client final valorise le réseau et la marque associé, difficile de voir la légitimité d’Apple sur ce terrain, aujourd’hui comme demain. Sur le plan de la proposition de valeur, Apple a besoin des opérateurs qui subventionnent les iPhone ou les iPAd. On peut imaginer qu’Apple, pour court-circuiter définitivement les opérateurs, prenne en charge ce financement, cette subvention. Mais il s’agirait pour lui d’un changement de métier, que maitrise les opérateurs.

Tariq Ashraf, manager chez Bearing Point

Tariq Ashraf, Senior Manager

Vous pourriez aussi être intéressé par