Rechercher
Toggle location

« Quand on regarde le fait que le marché va vers le très haut débit en fixe, Bouygues Telecom reste à la traîne, même s’ils font du déploiement de fibre optique. Il leur faudrait investir très massivement pour rester compétitifs sur le fixe, ils n’en ont peut-être pas la capacité aujourd’hui », analyse M. Chevallier.

« Sont-ils plus dans une situation de faiblesse aujourd’hui? C’est possible, ils ont plus un profil de proie que de prédateur », juge ainsi Sylvain Chevallier.

Sylvain Chevallier, Partner