Rechercher
Toggle location

Le cloud computing génère un buzz croissant ettransforme les DSI de nombreuses entreprises.Dernière évolution de cette tendance, le cloud mobile promet également detransformer l’ensemble desmétiers de l’entreprise vial’univers des applicationsmobiles. Mais quelle réalité secache derrière cette expression: simple concept marketing ouvéritable évolution avec sesspécificités et ses impacts?

Du mail en mobilité au cloud mobile en entreprise

Le mail est la principale application mobile déployée en entreprise. Ce succès n’aurait pas été possible sans la coexistence de quatre piliers : des standards technologiques, une ergonomie adaptée, un réseau supportant l’usage et des coûts attractifs. Les acteurs qui ont réussi dans le domaine ont fait le choix d’une intégration verticale de l’ensemble de ces piliers avec prise en compte forte des spécificités du mobile. Ainsi, RIM a réussi à diffuser en entreprise sa solution de messagerie pour Blackberry en développant sa solution de push mail, ses terminaux avec une ergonomie étudiée autour du mail et sa technologie de compression des messages adaptée aux réseaux mobiles. Les opérateurs ont également joué un rôle clé : leurs forces de vente et leurs offres tarifaires spécifiques ont permis à une grande masse de clients d’acquérir ces solutions. Mais cette approche très verticale est difficile à répliquer dans un environnement multi-usages et multi-terminaux de plus en plus complexe à contrôler par les DSI, notamment en raison de la porosité croissante entre sphères personnelles et professionnelles. Elément symptomatique de cette évolution, RIM prévoit de faire évoluer sa solution BES (Blackberry Entreprise Service) vers du device management multi-OS. Ces caractéristiques se retrouvent dans l’environnement du cloud mobile, et nous pensons que les piliers nécessaires à son essor sont aujourd’hui réunis.

Le cloud mobile ne pourra se développer rapidement sans prise en compte des spécificités de la mobilité

Les débits élevés proposés par les opérateurs permettent le fonctionnement des applications avec la rapidité nécessaire sur la quasi-totalité du territoire (Orange couvre 97% de la population en 3G+). Dans les années à venir, le déploiement du réseau HSPA+ puis 4G aboutira à une forte augmentation des débits mobiles et fera probablement naître de nouveaux usages. Enfin, les architectures cloud de plus en plus déployées au sein des entreprises permettent plus facilement d’envisager l’accès aux données de l’entreprise en mobilité.
Mais le cloud mobile, s’il bénéficie del’apport du cloud, ne peut pas se résumer à l’accès sur des terminaux mobilesà des applications en SaaS (Softwareas a Service). D’une part, un réseau radio, aussi performant soit-il, doit tenircompte de contraintes qui n’existent pas sur le fixe. La couverture ne sera jamais totale (gestion de l’indoor, zones peu denses), et l’absence de coupure jamais garantie. Ceci nécessite de conserver une application mobile capable de garantir la continuité de service en «hors ligne». De plus, les terminaux, smartphones et tablettes, sont très hétérogènes, avec un nombre de constructeurs, d’OS et d’interfaces beaucoup plus important que dans le monde du fixe. Pour que le cloud mobile puisse se développer de façon industrielle, les middlewares sont donc appelés à jouer un rôle important dans l’absorption de la complexité existante pour les éditeurs d’applications, comme le font aujourd’hui les outils de device management. Enfin, comme cela a été le cas pour le mail, le développement de solutions cloud mobile devra partir du mobile et de ses spécificités. Dans cet écosystème en construction, les opérateurs semblent en bonne position pour jouer un rôle de catalyseur, indispensable à un décollage réussi.

Le cloud mobile :une formidable opportunité pour le développement du nomadisme en entreprise…

Le cloud mobile peut transformer la fa-çon de travailler de chacun des métiers de l’entreprise, en améliorant notamment les délais d’accès ou de traitement de l’information, la fiabilité des données,et l’utilisation des ressources.

Forces de vente

Le cloud mobile promet d’éliminer les travaux de saisie sans valeur ajoutée.Le commercial sur le terrain peut désormais accéder aux données qui sont centralisées sur le cloud et les modifier. au besoin, à la volée et sans ressaisie.Il dispose à tout moment des prix et stocks, et peut vérifier ou modifier en temps réel les informations clients, minimisant ainsi les éventuelles relances ultérieures et les risques d’erreur.

Unités d’intervention technique

Le cloud mobile permet également l’amélioration de la productivité des unités d’intervention. Le traitement d’informations liées à la géolocalisation et à la disponibilité du personnel nomade permet d’affecter les techniciens au plus juste en fonction des demandes, et au final de réduire les temps de trajet pour les interventions. De plus, l’accès aux stocks en situation de mobilité permet par exemple de mieux gérer le remplacement de pièces défectueuses. GLI, leader européen de la construction et de la maintenance de cuves de gaz, a ainsi réduit ses délais d’intervention d’environ une semaine après avoir adopté la solution Praxedo Intervention.

De l’usage multi-sédentaire à l’usage nomade

La possibilité qui est désormais offerte aux collaborateurs d’accéder à leur environnement de travail depuis n’importe quel terminal tout en restant connectés à l’entreprise leur donne accès à une mobilité étendue. Les sociétés de conseil ou les SSII sont ainsi particulièrement intéressées par ce nomadisme supplémentaire lié au cloud mobile.

Les métiers de back-office

En améliorant l’efficacité sur les métiers de front, le cloud mobile a des répercussions positives sur les métiers de back. Il aide à éliminer toute une série de relances ou corrections clients, gain mis à profit pour se recentrer sur des vraies tâches de back-office à plus forte valeur ajoutée comme la personnalisation des communications client ou le suivi et l’analyse des rapports de visite.

… qui explique l’effervescence actuelle des acteurs de l’écosystème

Conscients des opportunités liées au cloud mobile, de nombreux acteurs prennent aujourd’hui position (rachats,développements technologiques, intensification de la démarche commerciale…)sur ce marché. Pour les grands comptes, le marché devrait se construire autour des acteurs principaux que sont les éditeurs, intégrateurs, et opérateurs-intégrateurs déjà présents sur le cloud en entreprise. Mais ces acteurs doivent encore progresser sur les questions de mobilité, et réussir à convaincre leurs clients de l’intérêt de ces nouvelles solutions. Sur le segment des TPE/PME, les offres de cloud mobile doivent être davantage industrialisées et leur mise en œuvre simplifiée. Les éditeurs gagneront ici à s’associer avec les opérateurs pour concevoir des solutions plus simples à vendre et à déployer. A l’instar de leur approche pour la diffusion du mail en mobilité, les opérateurs peuvent donc jouer un rôle de catalyseur du marché en capitalisant sur leurs points forts : leur réseau de distribution permet un déploiement massif des solutions, leur maîtrise des technologies mobiles permet de masquer les complexités techniques aux clients et autres acteurs, et leur connaissance de l’écosystème reste centrale pour des démarches de co-innovation réussies. Reste à l’ensemble des acteurs à faire collectivement preuve de pédagogie dans leur évangélisation du cloud mobile.

Auteurs:
Jean-Michel Huet, Partner
Ouassim Driouchi, Senior Manager

A aussi participé à la rédaction de cet article:
Pascal Ancian | Vice-Président Mobiles France et International Orange Business Services

Vous pourriez aussi être intéressé par