Un nouveau « leapfrog » pour l’Afrique ?

L’Internet des Objets (IdO) est un concept faisant partie intégrante de notre quotidien. Prenant la forme de « téléphones intelligents », de voitures connectées ou encore de lignes de production industrielle autonomes, les cas d’usage de cette technologie sont aujourd’hui en plein essor dans les pays développés, et la création de valeur qui en découle n’est plus à démontrer.

Qu’en est-il du continent africain ? Le continent est-il prêt à sauter dans le train de l’IdO et à saisir l’opportunité offerte par une nouvelle révolution industrielle ? Peut-on d’ailleurs parler de révolution industrielle à proprement parler ? L’Internet des Objets constitue-t-il une innovation totalement disruptive ? Comment cette innovation va-t-elle changer notre quotidien ? Quel impact celle-ci aura-t-elle sur le tissu économique et industriel ? Autant de questions auxquelles cette publication s’attache à répondre, à travers une série de réflexions autour du continent africain.

 La première partie de cette étude vise dans un premier temps à revenir sur les concepts théoriques de l’Internet des Objets et sur la genèse de son développement afin de mieux en comprendre les fondements, et dans un deuxième temps à expliciter les cas d’usage qui en découlent, afin de rendre davantage concrète la création de valeur apportée par cette nouvelle technologie. Nous avons identifié plusieurs utilisations de l’IdO en Afrique dans des domaines variés et nous sommes intéressés à leur impact.

Par exemple, dans le secteur de la santé, la startup ZipLine permet de ravitailler les hôpitaux et centres de santé au Rwanda en médicaments et poches de sang grâce à des drones pouvant couvrir de grandes distances en peu de temps. Cela résout grandement les problématiques d’isolation des régions rurales.

Dans le domaine de l’agriculture, des systèmes d’irrigation intelligents ont été mis en place au Sénégal pour rassembler un maximum d’informations sur le sol et les croiser avec des données historiques ou météorologiques, ce qui permet de suivre la croissance et augmenter la productivité agricoles avec un coût moins élevé.

La seconde partie de cette publication vise à expliciter le concept d’Internet des Objets industriel, et à l’inscrire dans le concept plus global de l’industrie 4.0, un terme aujourd’hui vulgarisé et utilisé à grande échelle dans la littérature généraliste et spécialisée. Le document présente également des initiatives en Afrique visant à capitaliser sur le pouvoir de l’IdO comme le programme Wazi Up, un programme destiné à promouvoir l’utilisation de l’internet des objets dans le monde rural en Afrique via une plateforme visant à rapprocher les problématiques du monde rural des solutions provenant des nouvelles technologies, notamment l’Internet des Objets.  

Enfin, nous avons identifié les défis et opportunités qui accompagnent cette nouvelle technologie dans le secteur spécifique de l’Industrie, et comment l’Afrique pourrait en tirer parti, à condition de relever un certain nombre de challenges structurants.

Retrouvez nos réflexions en détail dans notre livre blanc :

Would you like more information?

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, nos experts sont à votre disposition.

Toggle master download
Rechercher
Toggle location