Rechercher
Toggle location

La collecte et l’analyse de la donnée permettant de construire des schémas d’analyses prédictives, d’optimiser et de rationaliser les décisions sont des leviers de compétitivité importants pour la filière agricole.

Ainsi, « l’agriculture de précision » se développe, et permet dans son sillage d’optimiser les rendements, de diminuer la consommation de produits phytosanitaires, d’améliorer la transparence et la traçabilité des produits.

Créée il y a un an, la plateforme API-AGRO a pour objectif de favoriser à la fois l’accès aux données techniques de référence, à des données d’expertise ou encore à des fonctions de calculs pour essaimer la création de nouveaux outils d’aide à la décision ou de nouveaux services pour les acteurs de la filière (plateforme éleveur par exemple, start-up de services, etc.

De la «foire aux pitchs » aux prototypes opérationnels : 48H pour créer des applications innovantes utilisant les données et API de la plateforme API-AGRO  

 

Dix projets ont d’abord été présentés par les instituts techniques et les chambres d’agriculture à l’occasion d’une « foire aux pitchs ». Après présélection, les développeurs informatiques, participants et porteurs se sont fédérés autour de 5 projets. L’ensemble des 35 participants, entourés des 8 mentors experts d’ATOS et d’un expert d’OpenDataSoft, ont alors entamé un intense travail de 48 heures.

Félicitations aux participants qui ont présenté 5 prototypes informatiques pleinement fonctionnels et opérationnels aux jurés au SIMA (Salon International du Machinisme Agricole). Tous ont pu valoriser des données et des API mises à disposition sur la plateforme API-AGRO.
Trois d’entre eux ont été particulièrement récompensés :

  • EPI AGRO – 1er Prix : propose un tableau de bord interactif de surveillance des maladies et des ravageurs des grandes cultures à l'échelle nationale et en temps réel;

La Plateforme EPI Agro a remporté le premeir prix du hackathonPhilippe Lecouvey, Directeur de l’Acta – les instituts techniques agricoles, remet le 1er prix au prototype « EPI AGRO »

  • RavA.Cool – 2ème prix: permet la mise en relation de plusieurs sources de biovigilance du territoire pour faire un diagnostic de la pression biotique régionale. Diagnostic croisé dans un second temps avec des pratiques d’agriculteurs pour identifier les situations défavorables aux ravageurs du Colza

 

  • Clé de sol– 3ème prix : met à disposition de l’agriculteur une interface web mobile qui lui permet d'identifier son sol à partir de sa localisation géographique. Il peut valider le sol proposé par l'application selon les caractéristiques qu'il observe ou entrer en relation avec le gestionnaire de la base de données "sols" pour l'aider à procéder à l’identification. Cette nouvelle identification viendra enrichir la base de données sols existante et faciliter l'identification du même sol par d'autres agriculteurs.

Les deux autres projets non lauréats sont :

  • MarketPlace: permet la mise en relation de données ouvertes sur les cotations de différents marchés internationaux pour identifier les tendances sur les variations de prix pour aider les agriculteurs sur la vente de leurs produits ;
  • iveMap : est une plateforme collaborative d'avertissements des incidents de ruchers et des floraisons pour aider les apiculteurs à choisir en fonction de la période de l'année les endroits les plus propices où placer leurs ruches.

La plateforme API-AGRO : retour sur sa création et les étapes de son développement 

 

De nombreuses initiatives autour de la donnée à vocation agricole ont vu le jour, menées à la fois par les acteurs de la filière et par des nouveaux entrants. Le foisonnement de ces projets a fait émerger le besoin d’une démarche coordonnée autour de la donnée, transverse à la filière, dans un esprit à la fois fédérateur et pérenne.

Une douzaine de structures (une majorité d’instituts techniques agricoles) se sont rassemblées autour d’un projet de plateforme nommé API-GRO. Cette plateforme a pour objectif de favoriser à la fois l’accès aux données techniques de référence (comme la base de données de produits phytosanitaires de l’Acta ou la base sols ARVALIS) en centralisant leur accès et la création de nouveaux outils d’aide à la décision ou de nouveaux services pour les acteurs de la filière (plateforme éleveur par exemple, start-up de services, etc.)

Centraliser les données et les API pour les rendre les données utilisables par les apporteurs de solutions pour agriculteurs

 

Un challenge important réside dans la mise sous forme d’API (Application Programming Interface) des indicateurs et fonctions de calculs recensés, pour les rendre utilisables par les développeurs d’applications agricoles. Le 10 février 2016, devant près de 200 personnes, le collectif organise la conférence de lancement « API-AGRO : plateforme ouverte et innovante au service de l'agriculture numérique ». Plusieurs API, abouties ou en cours de réalisation, sont présentées. Elles permettent la réalisation de modèles de cultures, de maladies et la valorisation de données phytosanitaires ou génétiques.

L’ensemble des acteurs, privés et publics, s’entendent sur l’utilité de ce type de plateforme et la nécessité d’assurer leur pérennité, notamment en termes de gouvernance et de qualité de la donnée.

Fédérer les acteurs autour de la plateforme

 

Une série d’entretiens internes au réseau et externes (manifestation d’intérêt) ont été menés pour confirmer l’intérêt et le positionnement de la plateforme API-AGRO au sein de l’écosystème agricole. Cette douzaine d’entretiens menés par BearingPoint a permis de mettre en évidence un certain nombre d’acteurs qui sont prêts à se lancer avec API-AGRO en tant qu’utilisateurs ou en tant que fournisseurs. Par ailleurs, le modèle économique pour le développement de la plateforme dans les 3-5 ans à venir a été défini et partagé avec l’ensemble des parties prenantes.

Créer une structure juridique pour encadrer et favoriser l’utilisation des jeux de données

 

Le Conseil d’Administration de l’Acta réuni le 16 juin 2016 se positionne favorablement sur la création d’une SAS API-AGRO. Cette création se fait conjointement avec l’ACPA (Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture).

Aujourd’hui la plateforme https://plateforme.api-agro.fr est opérationnelle avec environ 80 jeux de données ou API accessibles, dont 60% privés et 40% publics. Une nouvelle phase de croissance est à prévoir après une première levée de fonds d’un demi-million d’euros actée par les actionnaires le 20 avril 2017. Ces fonds serviront au développement commercial, à l’élargissement de l’écosystème d’acteurs et au déploiement de nouvelles fonctionnalités. Une seconde levée de fonds de même niveau est déjà prévue pour septembre 2017 avec l’arrivée de nouveaux partenaires.

Les acteurs des filières peuvent s’appuyer la plateforme pour monter en puissance sur l’enjeu de la donnée et de son utilisation, puissant levier de compétitivité pour les filières.

Proposer une valorisation des jeux de données modulaires

 

Les développeurs peuvent s’appuyer sur ces données avec des règles de diffusion et d’usage claires pour développer des applications à destination des éleveurs. Ils valorisent ainsi l’expertise externe tout en créant un produit légitime. Certains jeux de données ont tout intérêt à être mis en forme pour les rendre clairs et compréhensibles et s’adresser à un public large. La plateforme intègre un certain nombre de modules de valorisation, que ce soit sous forme de graphique ou de cartographie, qui peuvent aller jusqu’à l’élaboration d’un véritable tableau de bord. On peut citer à ce titre la valorisation des données économiques de l’ITAVI (Institut technique des filières avicole, cunicole et piscicole) avec le coût « Indice coût matières premières aliments volailles » qui fait foi dans les contrats entre producteurs et fabricants d’aliments.

Enfin, l’accès à ces nouvelles informations et outils bénéficie directement à l’utilisateur final, agriculteur ou technicien.

 

Auteurs :

Natalia Danon-Boileau est senior manager au sein de l’équipe Digital & Strategy. Diplômée de Science Po Paris, elle a rejoint BearingPoint en 2001 et pendant longtemps accompagné de nombreuses directions générales sur des sujets de croissance externe et de fusions acquisitions, d’organisation et de transformation. Depuis 2012, Natalia intervient principalement sur les sujets de Stratégie & Transformation digitales, qui constituent un levier majeur pour l’adaptation des entreprises à l’ère post-industrielle

Alexandre Van de Casteele est consultant au sein de l’équipe Digital & Strategy. Passionné de nouvelles technologies telle que la blockchain, il accompagne les entreprises dans leur transformation digitale

Vous pourriez aussi être intéressé par