Rechercher
Toggle location

« Day Zero » n’est pas (que) le titre d’une production hollywoodienne. C’est la menace qui pèse sur les 430 000 habitants de la métropole du Cap en Afrique du Sud (1). De récentes pluies salvatrices ont provisoirement éloigné le spectre d’une fermeture des robinets mais la municipalité devra sans doute procéder à une nouvelle hausse drastique des tarifs en 2019 pour inciter ses administrés à économiser « l’or bleu ». A des milliers de kilomètres de là, dans le Sahara algérien, le décor change mais pas l’obsession de l’accès à l’eau : les manifestations citoyennes s’étaient multipliées en 2015 pour s’opposer aux forages expérimentaux réalisés par la compagnie publique Sonatrach (2). Les agriculteurs redoutaient la pollution et le détournement des rares eaux souterraines engendrés par l’exploitation du gaz de schiste.Face à la convoitise que suscite cette ressource irremplaçable, inégalement répartie et dont la qualité est menacée, des solutions ont été conçues dans le domaine de la production d’eau potable et celui de l’assainissement.

Quels sont les projets types actuellement à l’étude ou déjà mis en œuvre dans le monde ? Comment les multinationales françaises se positionnent-elles sur ce marché nécessitant de lourds investissements. Il ne vous reste plus qu’à vous jeter…à l’eau et le découvrir dans notre série d’articles.

« Give us wind, we will give you water »…

Voici la promesse du français Marc Parent et sa start up Eole Water. Concrètement, un module éolien de 30 kW alimente en électricité un bloc-eau dans lequel une turbine aspire l’air pour le transformer en eau. Le précieux liquide obtenu peut être stocké, diffusé dans un réseau ou encore délivré par un simple robinet. Les 1,2 million d’euros que sa start-up Eole Water a reçus en 2010 d’un fonds d’investissement ont été consacrés à des prototypes testés à Abu Dhabi. Mais le prix de revient du dernier modèle (voir « le saviez-vous »), compris entre 400 000 et 600 000 €, est encore trop élevé pour intéresser les ONG. C’est pourquoi Eole Water travaille à le rendre plus compétitif d’un point de vue financier tout en essayant d’améliorer encore son rendement (6).

“I have… an Ice dream”

Encore plus surprenant :  le projet de remorquer des icebergs pour produire de l’eau douce. Dès les années 70, l’ingénieur français Georges Mougin et l’explorateur Paul-Emile Victor s’étaient penchés sur le sujet. Un prince saoudien avait été suffisamment séduit par leur intuition pour financer la société Iceberg Transport International, née en 1976. Mais le manque de connaissances sur les régions polaires et l’indisponibilité de données fiables sur la salinité, les courants ou encore la température de chaque secteur maritime, avaient eu raison de cette initiative. Grâce aux moyens satellites et aux progrès techniques, cette idée a récemment refait surface. Georges Mougin a imaginé habiller la partie immergée de l’iceberg d’une « jupe » constituée de bandes de géotextile non tissé, afin de l’isoler de l’eau de mer. Une ceinture flottante de 12 mètres viendrait compléter le dispositif pour protéger la glace au cours du transport et permettre l’amarrage de l’iceberg à son arrivée. Préalablement à son transport, la « capture » de l’iceberg serait réalisée à l’aide d’un filet analogue à la senne qu’utilisent les thoniers. Un remorqueur le tracterait ensuite selon le principe de la « dérive assistée », autrement dit en se servant des courants comme d’un tapis marin tout en les combinant à la force des vagues et du vent. Le scientifique a pu compter sur les outils de Dassault Systèmes pour modéliser, simuler et tester en 3D le transfert d’un iceberg de forme horizontale, depuis Terre Neuve jusqu’aux Canaries. Cet Ice Dream continue toutefois de poser des questions sur le plan juridique – à qui appartiennent ces icebergs – et de son impact environnemental, en particulier sur l’écosystème des zones d’arrivée comme des zones traversées (7).

Lire la première partie de notre étude sur les grands projets mondiaux du marché de l'eau 

« Des initiatives de réutilisation des eaux usées…qui ne tombent pas à l’eau »

Plutôt que de se focaliser sur l’approvisionnement en eau, pourquoi ne pas porter son attention sur la gestion de ce précieux liquide post-utilisation? Chiffre éloquent révélé en marge de la journée mondiale de l’eau en 2017 : à peine 2% des eaux usées sont actuellement réutilisées dans le monde (8). Des régions, comme  Israël, ont mis en place des actions volontaristes pour promouvoir la réutilisation d’eaux usées après leur traitement. Les agriculteurs reçoivent ainsi un bonus de 20% en volume lorsqu’ils substituent cette source, dont le prix est par ailleurs 3 fois moins cher, à l’eau prélevée dans le milieu. Cette politique porte ses fruits puisque 60% de l’eau utilisée pour arroser les terres agricoles du pays est issue du retraitement d’eaux usées domestiques. L’usine de Rishon Le Tzion traite 370 000 m3/jour via un processus en 6 phases qui s’achève avec une étape de traitement naturel par le sable (9). Mais de nombreux obstacles subsistent encore pour que la valorisation des eaux usées coule de source. La règlementation française est jugée trop contraignante tandis que les mentalités doivent évoluer. Un sondage commandé par la Commission européenne en 2014 avait en effet révélé que les citoyens accueillaient fraîchement l’idée de recourir à des eaux usées clarifiées pour l’irrigation des fruits et légumes (10)…

                                                                                      

Sources :

1.http://www.jeuneafrique.com/525118/economie/afrique-du-sud-le-cap-se-prepare-a-une-penurie-deau-appelee-le-jour-zero/
2. http://www.france24.com/fr/20150224-algerie-gaz-schiste-manifestation-forages-sonatrach-petrole-oppostion-environnement/
6.  https://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/idees-business/une-eolienne-pour-faire-de-l-eau-avec-du-vent_1512965.html
7. https://www.meretmarine.com/fr/content/lidee-de-remorquer-des-icebergs-pour-produire-de-leau-douce-refait-surface
8. https://www.lemonde.fr/planete/article/2007/03/22/le-recyclage-des-eaux-usees-seduit-les-zones-affectees-par-la-secheresse_886457_3244.html
9. https://www.pleinchamp.com/actualites-generales/actualites/israel-irrigue-a-60-au-moyen-d-eaux-usees-traitees/(folder)/956509
10. https://www.plateformesolutionsclimat.org/solution/west-basin-une-station-de-traitement-et-de-recyclage-des-eaux-usees-pour-lutter-contre-le-stress-hydrique-et-proteger-la-qualite-des-eaux-cotieres-dans-la-region-de-los-angeles-californie/

Auteurs :
Caroline Davriu , Consultant
Bopha Jumelet, Manager

Vous pourriez aussi être intéressé par