Rechercher
Toggle location

Nous connaissons tous Hawaï et La Réunion pour leurs paysages paradisiaques. Mais comme toute zone insulaire, elles ont dû s'adapter à leur non connexion à un grand réseau en important des énergies fossiles dont elles sont dépourvues mais dépendantes. L'isolement d'Hawaï et les 3700kms de distance qui séparent l'archipel américain du rivage continental le plus proche en font l'électricité la plus chère des Etats-Unis.

Par conséquent, la transition énergétique se présente comme une aubaine pour ces îles. Les évolutions technologiques qui en découlent vont progressivement leur permettre de tirer parti de leur territoire pour accéder à l'indépendance énergétique. Ainsi, elles se sont fixées comme objectif ambitieux d'atteindre les 100% de part d'EnR dans leur mix d'ici les prochaines décennies (en 2030 pour la Réunion et 2045 pour Hawaï).

Des laboratoires à initiatives

La topographie et le climat de ces îles en font un terrain propice aux nouvelles expérimentations. Elles se positionnent donc comme de véritables pilotes ou démonstrateurs pour tester les nouvelles formes d'énergies vertes et les initiatives fleurissent :

  • En 2015 par exemple, Hawaï a vu la mise en service de la plus grande centrale d'énergie thermique des mers au monde. Nécessitant une eau d'au moins 25°c en surface et des fonds atteignant 1000 mètres de profondeurs, l'exploitation de cette technologie n'est possible qu'à de rares emplacements du globe. Toujours en développement, cette station devrait à terme alimenter plus de 120 000 foyers.
  • La même année, l'archipel s'est doté du premier prototype d'usine marémotrice et houlomotrice des États-Unis. Bien qu'encore expérimental, le projet Azura a pour objectif d'utiliser les mouvements horizontaux et verticaux des vagues pour générer jusqu'à 1 MW, soit de quoi alimenter plus de 1000 foyers.
  • Enfin, à La Réunion, la bagasse (résidu du broyage de la canne à sucre) se substitue en partie au charbon pendant les 6 mois de la campagne sucrière. En 2015, sa combustion a permis de produire 270 GWh, soit plus de 9% du mix énergétique de l'île.

Résoudre l'intermittence

Comme sur le continent, la demande d'électricité de ces zones insulaires est soumise à de fortes variations journalières, hebdomadaires et saisonnières. D'importants écarts sont enregistrés entre une consommation dite « de base » qui correspond aux heures creuses et une demande « de pointe » difficilement prévisible. Par ailleurs, les énergies renouvelables restent soumises aux caprices de Dame nature et la gestion de leur intermittence demeure le principal défi à relever pour alimenter ces territoires en continu.

Afin de sécuriser son système électrique, La Réunion a fixé par décret une part maximale de 30% d'EnR intermittente pouvant être présente sur le réseau à un instant donné. Une fois cette limite atteinte, le gestionnaire peut déconnecter toute production intermittente supplémentaire. En développant des outils d'optimisation des prévisions court terme issues des EnR, le projet Pegase permettra prochainement de repousser ces limites. D'autant plus qu'il prévoit également l'utilisation du stockage via une batterie sodium-soufre (Na-S) pour corriger les écarts entre production et prévision.

Car le stockage apparait désormais comme une solution providentielle pour augmenter la part des EnR dans le mix énergétique de ces îles. Patron emblématique de Tesla et de Solar city, Elon Musk a ainsi couplé sa ferme de 55 000 panneaux solaires de 13 MW sur l'île de Kauai à des batteries Tesla Lithium-Ion permettant de stocker l'énergie produite. L'électricité vendue est ainsi disponible en période de pluie ou la nuit, en plus d'être bien meilleure marché (à 14 cents le kilowattheure (kWh) au lieu des 27 habituellement payés).

Les évolutions technologiques expérimentées sur ces territoires ouvrent de nouvelles perspectives. En 2014, la petite île d'El Hierro dans l'archipel des Canaries fut d'ailleurs la première au monde à atteindre l'indépendance énergétique avec ses 11 000 habitants. Bien que plus étendus et peuplés, l'archipel d'Hawai et La Réunion semblent bien partis pour suivre la même trajectoire en devenant les fers de lance de leur pays respectif en matière de transition énergétique. Une fois l'objectif atteint, il restera à voir dans quelle mesure les continents sauront s'inspirer de ces réussites.

Auteurs :
Lionel Braun, Consultant 
Giulia Zanone, Senior Consultante

Sources :

Vous pourriez aussi être intéressé par