Si l'on se base sur les promesses faites par le gouvernement depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, la France devrait accélérer le développement des énergies renouvelable sur son territoire, et rattraper progressivement son retard par rapport à d’autres pays Européens comme la Suède ou le Portugal. Pour rappel, la France avait établi une feuille de route avec comme objectif une part de 23 % d’énergies renouvelables dans la consommation du pays lors de la signature du « paquet Energie Climat 2020 » de l’Union européenne en Janvier 2008.
Avec la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015, les objectifs nationaux pour 2030 sont au moins aussi ambitieux : 32 % de part de renouvelable dans la consommation énergétique, 40 % pour la production d'électricité1 ; à titre d’exemple la production d’électricité d’origine solaire devra être multipliée par cinq et les capacités de l’éolien terrestre devront tripler d’ici là.

Face à un tel challenge - véritablement attractif pour la jeunesse française car indéniablement porteur d’avenir - et en considérant une potentielle explosion du nombre de postes à pourvoir dans le secteur pour les années à venir, la question de la formation à ces métiers du renouvelable se pose.
Où en est la France dans la formation aux Energies Renouvelables ? Quelles études effectuer aujourd’hui pour travailler dans ce secteur ?

 

Il n’est pas évident de déterminer précisément les études nécessaires ou suffisantes pour obtenir un emploi dans le renouvelable en France. Malgré le développement de ce secteur, qui compterait 107 000 emplois en France2, il n’existe pas ou du moins très peu de formation spécifique aux Energies renouvelables. Pour la plupart des métiers évoqués ci-après, il s’agit plutôt de spécialisations ou d’options disponibles lors des dernières années d’études.

 

Quelle formation en bac+2 pour les énergies renouvelables ? 


A l’heure actuelle, il n’existe pas vraiment de bac+2 dédié aux énergies renouvelables, cependant, de nombreux diplômes technologiques et industriels en rapport avec l’énergie proposent des options ou spécialisations traitant du sujet. La plupart de ces formations se situent dans des régions où les énergies renouvelables sont plutôt bien développées, ce qui facilite l’insertion des diplômés dans le secteur.

A titre d’exemple, l'IUT de Châtellerault propose une option Photovoltaïque dans son DUT Mesures physiques, l'IUT de Toulon propose un parcours "Energie renouvelable et bâtiment intelligent", tandis que l'IUT de Perpignan a ajouté des modules de formation sur les énergies renouvelables à son DUT Génie industriel et maintenance.

La formation ici reste donc relativement générale, mais la possibilité de commencer à entrevoir et à étudier le secteur de l’énergie renouvelable et de potentiellement tisser des liens avec des entreprises du secteur aux alentours peut s’avérer être une solution assez concrète pour mettre un premier pied dans le domaine du renouvelable.
Au niveau BTS, de plus en plus de formations en France préparent aux métiers de la maintenance des éoliennes, comme le BTS Maintenance des systèmes qui comporte une option Eoliennes, proposée dans plus d’une dizaine de lycées en France. Le BTS Technico-commercial propose depuis peu une spécialité Energie et environnement dans 13 établissements français.

Autre option additionnelle intéressante, les licences pro, accessibles après un Bac+2, peuvent être une solution pertinente, car elles proposent un an de spécialisation sur des thèmes comme « Energies nouvelles et développement durable » à Mulhouse par exemple, ou « Efficacité énergétique des bâtiments et intégration des énergies renouvelables » à l'IUT de Cherbourg Manche.
Surtout, par définition celles-ci proposent un long stage ou une alternance, ce qui favorise l’insertion dans le secteur.

Lire aussi : Energies marines : quelle(s) alternative(s) aux barrages pour relancer une filière envasée ?


Les énergies renouvelables et l’ingénieur : quelle formation suivre pour travailler dans le secteur ? 
 

Pour les formations d’ingénieurs, le cursus « type » à suivre pour travailler dans le secteur du renouvelable est moins clair.

La création de nouvelles écoles d’ingénieur reste au final un phénomène assez rare à l’échelle du pays, surtout en considérant le fait que la plupart des écoles visées par les jeunes bacheliers ou par les étudiants issus d’une classe préparatoire sont des écoles historiques assez conservatrices dont le prestige s’inscrit dans la durée, et dont la réputation et l’histoire sont souvent plusieurs fois centenaires.

Ainsi, pour trouver trace de formation en énergies renouvelables dans le milieu des écoles d’ingénieurs renommées, il faut souvent s’intéresser aux spécialités proposées en dernière année qui colorent légèrement un diplôme d’ingénieur plus généraliste.
A titre d’exemple, l’Ecole Nationale Supérieure des Arts & Métiers propose une spécialisation « nouvelles énergies pour un développement durable » à Aix en Provence, et plus globalement, la grande majorité des écoles proposent une spécialisation en énergie qui traite au moins en partie du secteur du renouvelable.
Certaines écoles d’ingénieurs postbac renommées comme les INSA peuvent aussi s’avérer être un choix pertinent, proposant par exemple une spécialisation en « Génie climatique et énergétique » tournée vers le renouvelable.
Les écoles privées suivent aussi cette logique avec l’apparition de cursus dans ce secteur, comme l’ECE qui propose un cursus spécifique, ou encore l’EPF et sa majeure « Energie et Environnement ».

Véritable OVNI dans le milieu des études supérieures, la création d’une école d’ingénieurs entièrement dédiée aux énergies renouvelables en 2016 : Sup’ENR3, montre la direction que prend l’enseignement supérieur dans ce domaine. Cependant cette école postbac en partenariat avec l’INSA Toulouse et l’université de Perpignan reste un cas particulier très récent.

 

Le « Mastère spécialisé » après l’école d’ingénieur : une solution onéreuse mais efficace ?
 

Autre option si l’on souhaite vraiment avoir une formation spécialisée : le mastère spécialisé, formation d’un an (parfois deux), proposée par la plupart des grandes écoles d’ingénieurs.
Correspondant à un niveau d’études de bac + 6, cette option a l’avantage de proposer des formations à thèmes un peu plus variés voire modernes que la plupart des spécialisations de dernières années d’écoles, souvent plus classiques.

On y trouve donc de nombreuses options en renouvelable, comme le Mastère spécialisé "Energies renouvelables" des Mines ParisTech4, la formation « Expert en Projets et Production Energies Renouvelables » des Arts & Métiers5, ou encore celle de l’ENSTA Bretagne : « Expert en énergies marines renouvelables »6.
Si les intitulés sont plutôt attractifs, ces formations payantes sont souvent choisies pour deux autres atouts indéniables :

- Elles permettent de bénéficier de l’image de l’école proposant le mastère afin de rajouter une ligne prestigieuse en plus à son CV.

- Souvent effectuée en alternance, ou comprenant au moins un stage de six mois, elle permet d’effectuer une expérience professionnelle dans le milieu concerné, en profitant notamment du réseau et des contacts de l’école en question, ce qui peut s’avérer être crucial pour débuter dans le secteur.

 

En effet, pour conclure, le milieu des énergies renouvelables semble parfois être plus décidé par des opportunités que par des formations. Particulièrement vrai pour le métier d’ingénieur, une formation généraliste en énergie peut largement suffire à condition de trouver un premier contact dans le secteur, lors des stages et surtout le stage de fin d’études.
Si le secteur se développe indéniablement en France, il n’y a pas de « voie royale » pour y travailler et il parait trop tôt aujourd’hui pour parler de vrai cursus spécialisé reconnu.

 

Auteurs :

Benjamin Decret, Consultant
Patrice Mallet, Directeur

 

Sources :

  1. http://www.enr.fr/editorial/65/Les-enjeux-pour-la-France
  2. https://www.usinenouvelle.com/article/infographie-ou-sont-les-10-3-millions-d-emplois-des-renouvelables-dans-le-monde.N692199
  3. https://energies-renouvelables.univ-perp.fr/fr/energies-renouvelables-29797.kjsp
  4. http://www.mines-paristech.fr/Formation/Masteres-Specialises/Masteres-Specialises-temps-plein/ENR/
  5. https://artsetmetiers.fr/fr/expper-expert-en-projets-et-production-energies-renouvelables
  6. https://www.ensta-bretagne.fr/fr/mastere-specialise-expert-en-energies-marines-renouvelables
  7. https://www.reussirmavie.net/actudebouchesblog/Energies-renouvelables-encore-de-nouvelles-formations-qui-ouvrent-sur-l-emploi_a555.html
  8. https://www.reussirmavie.net/actudebouchesblog/Debouches-dans-les-energies-renouvelables-les-meilleures-filieres_a343.html
  9. http://www.energies-renouvelables.org/accueil-observ-er.asp
Rechercher
Toggle location