Rechercher
Toggle location

Décollage imminent vers un monde encore plus électrique ?

Elon Musk possède une propension assez remarquable à faire le « buzz ». Chantre d’un entreprenariat moderne, visionnaire et décomplexé, chacune de ses sorties trouve un écho sur les réseaux sociaux. Que ce soit pour la présentation de la Tesla Model 3, le dernier lancement réussi par SpaceX ou bien la mise en vente d’un lance-flammes siglé the Boring Company, la toile s’emballe et vous ne pouvez rater l’information sur votre fil d’actualité LinkedIn ou Twitter.

Pourtant, en parallèle de ces coups médiatiques, le businessman d’origine sud-africaine avance ses pions dans le secteur de l’énergie. Doucement mais sûrement, Tesla participe au changement de paradigme actuel, nous entrainant vers un monde toujours plus électrique, avec en tête l’objectif de s’imposer comme le garant de la flexibilité de nos réseaux électriques.

Un monde résolument plus électrique

Incontestablement, le secteur de l’énergie évolue à grande vitesse et Tesla compte bien faire sa place dans ce nouveau paysage. Avant toute chose, de quel monde émergent parlons-nous exactement ? Voici les principales tendances de fond à prendre en compte :

  • Le « démantèlement » progressif d’un système de production d’électricité centralisé
  • La mise en place croissante de petites unités de production et l’intégration grandissante d’électricité issue de ressources renouvelables dans le réseau
  • Des risques de variation de tension et de puissance ainsi qu’un potentiel risque de plus forte volatilité des prix
  • Le besoin d’équilibrer le réseau par le biais de systèmes de stockage d’électricité et des mécanismes de « demand response »
  • L’émergence de nouvelles technologies et solutions digital facilitant le développement d’un système électrique flexible et multidirectionnel (smart meters, smart grid, plateforme d’intelligence artificielle…) 

La contribution de Tesla pour façonner le monde électrique de demain

Dans cette nouvelle donne énergétique, le positionnement de Tesla s’effectue autour de 3 activités principales, inextricablement liées : les bornes de recharge pour véhicules électriques, les systèmes de stockage d’électricité et le photovoltaïque. La logique sous-jacente est évidente ; Tesla investit massivement aujourd’hui sur les infrastructures pour gérer demain les flux et usages consommateurs.

Les bornes de recharge Tesla

Directement en lien avec son activité automobile, Tesla constitue progressivement son réseau de chargeurs en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. La firme déploie d’ailleurs en ce moment ses « superchargers » en France. Permettant de recharger un véhicule électrique à 80% en 30 minutes, ces bornes sont peu à peu disséminées de partout (parkings d’hôtels, zones commerciales, stations d’autoroute…).

Un tel déploiement de cette importante infrastructure de recharge est gourmand en CAPEX mais Tesla souhaite anticiper la demande de voitures électriques et ainsi ne pas décourager d’éventuels nouveaux acquéreurs. D’après l’IEA, entre 9 et 20 millions de véhicules électriques sont attendus dans le monde en 2020 et entre 40 et 70 millions d’ici 2025 ; des chiffres qui exposent bien une croissance supposée exponentielle.

Mais tout l’intérêt de ce réseau de recharge réside principalement dans la connexion entre les véhicules et le réseau électrique. Tesla envisage des flux électriques entrants et sortants, en développant le concept de Vehicle-to-Grid (V2G) et permettant ainsi à la flotte de véhicules électriques en circulation de participer à la stabilisation du réseau électrique, en cas de pic de consommation par exemple.

Les systèmes de stockage d’électricité Tesla

Produisant déjà des batteries lithium-ion pour ses véhicules, quoi de plus normal pour Tesla d’avoir également considéré, à partir de 2015, le marché du stockage fixe d’électricité ?

De l’offre Powerwall (5 kW par unité) pour les clients résidentiels au Powerpack (50 kW par unité) à destination des industriels, le groupe de Palo Alto a su développer une large gamme de batteries stationnaires pour couvrir les divers besoins en stockage.

Tesla est même allé encore plus loin récemment, en concrétisant le concept de « gigafactory ». Elon Musk a ainsi inauguré en décembre 2017 un immense système de batteries, en Australie-Méridionale, d’une puissance de 100 MW à 129 MW, soit l’équivalent du dixième d’un réacteur nucléaire. Adossé à des fermes éoliennes, cet ouvrage, réalisé en moins de 100 jours après la signature du contrat, représente le plus grand système de stockage d’énergie renouvelable dans des batteries au lithium-ion au monde.

L’argument de vente principal pour les batteries Tesla ? L’autoconsommation. Le stockage permet de prévenir d’éventuelles difficultés en approvisionnement, des pannes du système ou bien tout simplement de réduire la facture.

L’énergie photovoltaïque de Tesla

Outre les systèmes de stockage, raccordés au réseau, Tesla a également fait le choix de proposer la technologie pour produire directement de l’électricité sur site. Associé au géant nippon Panasonic, l’entreprise américaine, par le biais de sa filiale SolarCity, produit ainsi des panneaux photovoltaïques, à destination des consommateurs résidentiels ou industriels.

L’objectif est ainsi de proposer une offre packagée, combinant modules photovoltaïques et batteries. Une mise en application est effective en France depuis peu via un partenariat entre Tesla et ValEnergies. Les deux compagnies proposent une solution complète de production et de stockage, couplant Ellybox et Powerpack, pour favoriser l’autonomie énergétique d’un acteur industriel.

Car l’enjeu de telles solutions est bien de rendre quasiment « neutre » le coût de l’énergie et l’électricité accessible à tous. Vous êtes perdu au milieu du Pacifique ? Tesla s’occupe de tout. 5328 panneaux solaires et 60 Powerpack ont été installés sur l’île de Tau dans les îles Samoa. Un véritable salut pour les zones insulaires les plus reculées.

Lire aussi : « Production électrique en zones insulaires : fossile, vent et soleil, le Shifumi des îles ». 

La finalité pour Tesla ? La gestion de réseaux électriques

Combiner énergie renouvelable et stockage favorise donc la création de micro-réseaux d’énergie, pouvant évoluer de façon autonome mais également synchronisée avec les réseaux électriques institutionnels. Et c’est ici que se trouve la véritable finalité de la stratégie de Tesla.

La production et la fourniture d’équipements énergétiques, tout comme l’investissement dans les infrastructures de recharge, sont nécessaires mais il ne s’agit que de la première étape de l’ambition d’Elon Musk dans le secteur énergétique.

En effet, les technologies de panneaux photovoltaïques et batteries sont de mieux en mieux maitrisées. Les coûts baissent, les prix également, réduisant ainsi les marges potentielles. La valeur ajoutée et les marges se concentreront de plus en plus dans la capacité d’agréger les sources de production décentralisées et d’orchestrer leur utilisation au sein du réseau.

Un exemple ? Toujours en Australie-Méridionale, Tesla a annoncé un nouveau projet démontrant son ambition de leader dans la gestion des réseaux électriques. Un projet de « Virtual Power Plant » (VPP) devrait prochainement voir le jour. Une centrale électrique renouvelable sera ainsi créée, regroupant, dans un réseau virtuel, 50 000 foyers australiens équipés de panneaux photovoltaïques de 5kW et de batteries domestiques Powerwall. En reliant le tout, via une plateforme d’intelligence artificielle, une centrale virtuelle de 250 MW est créée, capable de produire, stocker et injecter dans le réseau l’excédent non consommé 

Si Tesla investit massivement aujourd’hui dans les infrastructures et les équipements énergétiques, c’est pour mieux assurer demain la gestion et l’exploitation des réseaux constitués. Demand response, Vehicle-to-Grid, Ancillary services ou encore Virtual Power Plant constituent en synthèse les grands axes de développement de la stratégie Tesla dans l’énergie. L’avenir du secteur se trouve dans la mise en réseau multidirectionnel, assisté par le digital et ses plateformes d’IA.

Qu’importe les pertes actuellement enregistrées, Tesla se projette et innove. Entre la fabrication à venir de tuiles solaires photovoltaïques ou d’un semi-remorque électrique avec une autonomie annoncée de 800 km, Elon Musk n’a pas fini de venir chambouler les mondes de l’énergie et de l’électromobilité !

Tesla bornes de recharge   

   Réseau de bornes de recharge Tesla en cours de constitution en Europe  

Auteurs :
Julien Martinez, Consultant    

 

Vous pourriez aussi être intéressé par