Rechercher
Toggle location

Big Data, Cyber-Physical Systems, Cloud, IIoT ou bien encore Digital Twin ; ces mots peuvent vous paraître familiers ou bien totalement étrangers, ils sont aujourd’hui fréquemment évoqués lorsqu’il est question d’industrie 4.0. Nouvelle dénomination marketing pour les uns, début d’une nouvelle révolution industrielle pour les autres, que se cache-t-il derrière cette appellation d’industrie 4.0 ? Plus précisément, quels sont les contours et les principaux enjeux de cette industrie du futur ? Démystifions, ensemble, le sujet.

L’adéquation entre des besoins nouveaux et l’innovation technologique comme terreau d’une révolution industrielle

Pour comprendre les tenants et les aboutissants de la notion d’industrie 4.0, il est nécessaire de se replonger dans les grands jalons qui ont façonnés l’industrie jusqu’à nos jours.

L’histoire commence aux alentours des années 1750. En s’appuyant sur de nouvelles sources d’énergie comme la vapeur, la 1ère révolution industrielle permit d’accroître la production textile et sidérurgique en transformant une production totalement manuelle en une production partiellement mécanisée. La 2ème révolution industrielle permit, quant à elle, de passer d’une production artisanale vers une production de masse pour répondre aux enjeux d’une société de consommation naissante. Enfin, la 3ème révolution industrielle introduisit, grâce à l’électronique, la robotisation dans la réalisation des tâches répétitives afin de répondre à une demande client plus exigeante en termes de coûts.

Ce qui distingue ces révolutions de la simple évolution industrielle est l’amélioration brutale de l’offre client autant qualitativement que quantitativement grâce à l’utilisation de technologies nouvelles.

Que recouvre la notion d’industrie 4.0 ?

Souvent considérée comme un amoncellement de nouvelles technologies, l’industrie 4.0 ne peut se résumer à une simple collection de nouveaux outils.

Tout comme il serait illusoire de penser qu’elle est la solution à tous les problèmes ! L’industrie 4.0 doit plutôt s’imaginer comme l’intersection de ce qui est rendu possible par les nouveaux développements technologiques dans des domaines aussi variés que ceux présentés en illustration.

Par exemple :

  • L’utilisation de tablettes comme Interface Homme-Machine offre la possibilité aux opérateurs de saisir les informations de production plus rapidement et plus efficacement qu’auparavant. Ces informations, intégrées dans des outils de Business Intelligence, permettent d’assurer un suivi en temps réel de la production afin de gagner en agilité et prédictivité.
  • L’implémentation d’outils de simulation de chaîne de production permet de prédire les principaux goulots d’étranglement et de quantifier leurs impacts sur la productivité d’une usine.

En somme, si la technologie est un élément nécessaire à l’industrie 4.0, elle n’en reste pas moins un facilitateur qui permet avant tout d’étendre le champ des possibles.

L’industrie 4.0, une évolution ou une révolution ?

Historiquement orientée autour de l’industrialisation de produits quasi-identiques, l’industrie est en pleine mutation afin de répondre à une exigence client désireuse de produits customisés. Cependant, le changement de paradigme est fort. Passer d’une production de masse à une production d’objets uniques sur de faibles quantités nécessite une forte réorganisation des moyens de production.

Bien que théorisé de longue date, ce changement de paradigme pourra concrètement prendre sens grâce aux possibilités offertes par l’industrie 4.0. Si les gains obtenus se révèlent être conséquents (par exemple, le prix moyen d’une tablette IHM a été divisé par 3 en 5 ans), l’industrie 4.0 se distinguera de la simple évolution technologique, présageant alors d’une véritable révolution.

Cependant, l’industrie 4.0 ne limite pas au seul besoin de productivité. Elle apporte également des clés à des enjeux actuels souvent délaissés par le passé que sont la réduction de la consommation énergétique et la préservation de l’environnement.

Bien que les impacts de l’industrie 4.0 puisse s’assimiler à une révolution industrielle (usines autonomes, intelligence artificielle, etc.), il est fort à parier que l’adoption de ces nouvelles technologies ne se fera que de façon relativement progressive et que l’aspect « révolutionnaire » de l’industrie 4.0 ne pourra se mesurer qu’à l’aulne des impacts sociétaux, environnementaux et politiques qu’elle engendrera.

Auteurs : 

François Rovere, Consultant 

Guillaume Rochat, Manager

Vous pourriez aussi être intéressé par