Rechercher
Toggle location

Lancée en février 2015 et récemment récompensée par « L’Usine nouvelle », la Digital Academy d’Orange fait figure de projet emblématique au cœur des évolutions que connaît la formation aujourd’hui. C’est ce que nous explique dans cet entretien François Arnal, Directeur du développement des compétences à la DRH Groupe d’Orange.»

Qu’est-ce que la Digital Academy d’Orange et quel est son objectif ?

FA : « La Digital Academy est une action de formation d’Orange à destination de l’ensemble de ses collaborateurs.  Elle a pour objectif de développer une culture digitale commune au sein du Groupe en apportant un socle de connaissances sur ce domaine. La Digital Academy s’inscrit dans le projet de digitalisation interne d’Orange, baptisé Digital Leadership Inside. »

Quels sont les contenus offerts aux collaborateurs ?

FA : « 60 courtes vidéos sont accessibles à l’ensemble des salariés avec quatre thématiques clés : la sensibilisation aux enjeux du digital pour Orange, la formation aux innovations du Groupe, la formation aux outils digitaux internes, et enfin aux réseaux sociaux.La réussite de 16 quiz ciblés permet au collaborateur d’obtenir son passeport digital. Pour vous donner une idée du temps passé, les collaborateurs obtiennent en moyenne cette certification au terme d’une heure vingt de formation. »

Quels sont les premiers résultats ? Comment le projet a-t-il été reçu par les collaborateurs d’Orange ?

FA : « Ce projet a été reçu très positivement par les salariés, notamment grâce au passeport digital qui a réellement fait le « buzz ». En effet, plus de 72 000 collaborateurs ont obtenu leur passeport depuis le lancement de la Digital Academy jusqu’à aujourd’hui (ndlr : le 10 février 2015), et ce, partout dans le Groupe : en France, en Pologne, en Espagne, en Egypte, en Jordanie, etc. Une fois obtenu, les collaborateurs ont la possibilité de télécharger et d’imprimer leur diplôme,  signé par le DRH. Certains ont même pris des selfies avec ! Beaucoup m’ont par ailleurs confié qu’ils avaient eu le sentiment de participer à un projet d’entreprise, ce que je trouve très positif, car le digital  représente un enjeu fort pour Orange.Je pense que la réussite de ce projet est dû au fait que le déploiement a été porté par la ligne managériale avec un soutien fort de la communication et des Ressources Humaines.»

Selon vous, en quoi ce projet est-il emblématique des évolutions que connaît la formation aujourd’hui ?

FA : « La grande nouveauté avec la Digital Academy, c’est que les salariés peuvent se former où ils veulent, quand ils veulent et sur n’importe quel terminal, ce qui n’est pas fréquent pour la formation d’entreprise. Une autre nouveauté est celle du séquencement. Les collaborateurs ont en effet la possibilité de suivre la formation par petits morceaux en choisissant la durée des séquences, par exemple de 3 à 5 minutes, qui sont faciles à insérer dans leur emploi du temps.Enfin, je crois que ce qui est différent avec ce projet, c’est le côté ludique. Le ton des vidéos est décalé, des réponses amusantes sont glissées dans les quizz, d’ailleurs très bien perçus par les collaborateurs. Ce ton nouveau permet de donner envie aux collaborateurs de se former. »

La Digital Academy que vous avez mise en place illustre la tendance au rééquilibrage entre formations présentielles et distancielles. Comment définiriez-vous les impacts sur les compétences et la posture des équipes formation de cette évolution ?

FA : « La Digital Academy, vue d’un salarié, c’est une formation multimodale. Au-delà de l’accès aux contenus sur le portail Groupe, des animations locales en présentiel ont été largement mises en place. En termes d’ingénierie, cela suppose de pouvoir construire des ressources en anticipant cette animation locale et en la facilitant. Par ailleurs, concernant les compétences,  les ingénieurs de formation doivent maintenant être capables de travailler sur l’expérience utilisateur,  avec une place importante donnée au design et à l’ergonomie. Une autre dimension croissante à intégrer selon moi, c’est la progression dans l’apprentissage, qui nécessite de penser les parcours de formation autrement.  »

Si vous deviez décrire la formation de demain en trois mots, quels seraient-ils?

FA : « Je dirais que la formation de demain sera mobile, collaborative et qu’elle offrira des possibilités de choix ».

Contact: Olivier Parent du Chatelet, Associé