Rechercher
Toggle location

Avec l’ouverture à la concurrence, la percée des compagnies de bus sur le territoire, l’adoption en masse du voyage aérien low-cost et du covoiturage, la pression sur le marché du transport de passager augmente. L’entrée des millenials dans la vie active ajoute à la guerre des prix les exigences de l’ère digitale : transparence, instantanéité et autonomie connectée. Dès lors, comment assurer une expérience usager optimale tout en restant compétitif ? La technologie Blockchain (expliquée ici) apporte quelques pistes. Un autre article (lien à venir) illustre des cas d’usages dans le transport de marchandises.

Cas d’usage n° 1 : l’assurance retard

Depuis décembre 2016, la SNCF garantit aux usagers des TGV et trains intercités en retard de plus de 30 minutes un dédommagement allant de 25 à 75% du prix du billet dans un délai de 5 jours. La procédure actuelle (un formulaire en ligne ou papier à renvoyer) pourrait être l’objet d’une application Blockchain.

En effet, deux startups basées sur la Blockchain Ethereum, InsurEth et Flight Delay, fournissent un service d’assurance retard pour les vols. Elles proposent de souscrire en Ether (cryptomonnaie Ethereum) pour le montant que vous souhaitez à une assurance contre le retard de votre avion. L’application s’informe du retard ou non des avions via un oracle sur un site référence. Grâce à un smart contract, vous êtes dédommagé selon votre mise de départ et le retard de l’avion.

L’exécution automatisée de la garantie SNCF pour le dédommagement des passagers en cas de retard grâce à la technologie Blockchain présente 3 avantages :

  • L’entreprise améliore l’expérience usager : le client ne doit ni s’informer de la procédure de dédommagement, ni remplir de formulaires, cette garantie est l’option par défaut.
  • Les usagers sont certains d’un service de qualité dans des délais optimaux une fois le retard avéré car la procédure est automatisée et ne requière pas d’intervention humaine et ce, en toute transparence. En effet, le registre des dédommagements est vérifiable à tout moment.
  • L’exécution des smart contracts réduit drastiquement les coûts administratifs et humains liés à la réception et au traitement des demandes. Il ne reste qu’un coût unitaire faible à associer pour valider la transaction. Bien sûr, il convient pour l’opérateur de vérifier que les avantages (satisfaction client + économies de coûts de traitement) compensent et dépassent le surcout lié au remboursement de 100% des cas éligibles (actuellement, la demande de remboursement étant à l’initiative du passager, le taux de remboursement est inférieur).

Cas d’usage n° 2 : Blockchain et intermodalité

Avec le développement des véhicules autonomes, les différents modes de transports pourraient interagir et se coordonner sur la Blockchain et s’accorder pour optimiser votre trajet, réduire le temps d’attente entre vos changements, minimiser votre émission carbone voire même penser collectivement pour regrouper des utilisateurs aux destinations similaires.

Plusieurs expérimentations sont à ce titre intéressantes :

  • La start-up israélienne LaZooz propose ainsi de mettre en relation les conducteurs disposants de places libres dans leurs véhicules avec des passagers potentiels. Contrairement au modèle d’Uber, il n’y a pas d’intermédiaire puisque les chauffeurs sont rémunérés avec la monnaie du réseau.
  • En partenariat avec le MIT Media Lab, le constructeur automobile Toyota étudie le potentiel de la blockchain dans le développement des voitures autonomes. Cette technologie pourrait en effet permettre aux utilisateurs et aux constructeurs de maîtriser l’utilisation de leurs données de conduite par des tiers tout en permettant d’améliorer de la sécurité des véhicules autonomes.
  • Le projet Blockcharge, développé par la start-up allemande it, est un réseau basé sur la blockchain pour recharger les véhicules électriques. Chaque utilisateur peut se connecter à n’importe quelle borne du réseau via une application mobile. Celle-ci se charge d’organiser automatiquement le paiement au meilleur prix pour l’énergie consommée. Dans le futur, Blockcharge devrait permettre le chargement des véhicules par induction lors de l’attente aux feux de circulation et organiser le paiement de la même manière.

Ces offres combinées à d’autres peuvent permettre à un acteur clef (SNCF, RATP etc.) de présenter une offre intermodale et intégrée au sein d’un réseau de services complémentaires et facilement accessible à tous.

En voici un exemple : Nicolas étudie à Bruxelles et souhaite passer le weekend chez ses parents à Paris. N’ayant pas réservé de billets à l’avance et ne possédant pas de véhicule, il décide de louer la voiture d’Edouard via une plateforme de car-sharing belge. Pour financer son voyage, il indique au véhicule qu’il est disposé à transporter d’autres voyageurs. L’automobile, connectée à plusieurs réseaux de covoiturage nationaux et internationaux, leur indique les places disponibles et l’espace de stockage libre dans le coffre. Grâce à la technologie blockchain et à l’internet des objets, le véhicule sélectionne les profils de passagers potentiels proches de son trajet en temps réel et propose à Nicolas de prendre Charles à Lille. Le véhicule indique également qu’un colis imposant disponible à Douai doit être livré à Compiègne. En accord avec ses passagers et compte-tenu de l’espace libre dans son coffre, Nicolas décide de s’arrêter pour assurer ce transport. Le montant maximal de la course est estimé pour chacun à sa prise en charge et une partie du gain perçue par Nicolas pour les passagers et charges additionnels leur est reversée. Une fois arrivé à Paris, le véhicule indique à Nicolas les places disponibles dans le réseau de parking partenaire et assure la transaction automatiquement via la Blockchain.

Quels enseignements retirer de ces exemples ?

Ces quelques exemples ne sont que les prémices des applications blockchains liées à la mobilité, dont les principaux atouts sont de :

1. Augmenter les revenus

  • En acquérant de nouveaux clients, par capitalisation sur l’effet réseau (attraction de trafic) permis par les technologies Blockchain et Distributed Ledgers ;
  • En fidélisant les clients, la qualité du service permettant de maximiser leur confiance / satisfaction ;
  • En augmentant la fréquence d’achats grâce à des offres intégrées.

2. Réduire les coûts

  • En réduisant les coûts administratifs liés à l’exécution de tâches à faible valeur ajoutée ;
  • En remplaçant des coûts fixes par un coût variable associé à chaque transaction.
  • En sécurisant le partage des données entre partenaires, utilisateurs, constructeurs et opérateurs.

3. Améliorer l’image de l’entreprise

  • Grâce à un service de qualité, transparent et automatisé.

La technologie Blockchain n’est pas la source du changement, c’est un facilitateur. Utilisée à bon escient, elle peut permettre d’augmenter la rentabilité de l’entreprise et de lui donner une meilleure image. Tout semble indiquer que la technologie Blockchain sera progressivement intégrée dans de nombreuses offres de transports de passagers, demeure inconnue la première entreprise établie à oser franchir le pas.

Auteurs:
Chimene Bocquet, Consultante
Francois Lanquetot, Associé

Vous pourriez aussi être intéressé par