SPOTLIGHT

Rapprochement Rheinmetall-KMW : vers une consolidation du marché européen de l'armement

EDITO – Inauguration du MILISTORE

Le 12 décembre dernier, le général Barrera, major général de l’Armée de Terre a inauguré officiellement à Montlhéry le magasin d’applications mobiles de l’Armée de Terre : le Milistore.

L’objectif est de concrétiser la transformation numérique de l’Armée de Terre afin de simplifier la vie de ses personnels, en mettant à disposition du soldat, de manière sécurisée, un ensemble d’applications répondant à ses besoins : obtenir plus facilement les informations qui le concernent, simplifier les démarches administratives et avoir accès à d’autres services dématérialisés comme la commande d’habillement ou la prise de rendez-vous en ligne.

A l’avenir, le Milistore sera enrichi d’autres applications développées soit à l’initiative du commandement soit sur proposition des personnels.

Le 121e régiment du train est le premier régiment de l’armée de Terre à le tester auprès de 1 000 personnels. 10 000 autres soldats l’expérimenteront jusqu’à juin 2019, avant sa possible généralisation à l’Armée de Terre et son extension aux autres armées et services.

En complément du Milistore, d’autres projets liés à la transformation numérique de l’armée de Terre ont également présentés par le général Barrera :

  • Le TIC (Terminal Intradef du Cadre), tablette numérique sécurisée à destination des cadres de l’armée de Terre ;
  • Les systèmes ICAR-DEDAL et SCERVIR, visant à améliorer la productivité des acteurs de la maintenance des matériels par la simplification et l’automatisation ;
  • La musette numérique, permettant aux élèves sous-officiers d’accéder à une bibliothèque de cours, de tutoriels et de tests pour vérifier leurs connaissances et corriger leurs erreurs ;
  • La Pédago box, mettant à disposition du personnel en formation toutes les ressources numériques non classifiées, indépendamment des réseaux classiques Intradef et Internet.

Rheinmetall et Krauss-Maffei-Wegmann (KMW), les deux rivaux traditionnels de l’armement terrestre allemand, ont annoncé fin novembre un projet de fusion qui a relancé les spéculations sur une consolidation du marché européen de l’armement, à l’heure où Paris et Berlin souhaitent davantage de coopération dans la défense. Rheinmetall s’est déclaré prêt à entrer au capital du bavarois KMW, allié depuis 2015 au français Nexter. Cette démarche permettrait au fabricant d'armes de Düsseldorf d’être pleinement associé au futur système d’équipement terrestre franco-allemand. La ministre des armées française, Florence Parly, et son homologue allemande, Ursula von der Leyen, se sont récemment entendues sur deux projets communs : un avion de chasse, à travers une coopération entre Dassault et Airbus ; et un char d’assaut confié au groupe franco-allemand KNDS.

La fusion Rheinmetall-KMW envisagée pourrait cependant se heurter à des réticences politiques. Notamment la question des exportations de matériel de guerre vers les pays tiers. L’Allemagne, pour des raisons historiques, a maintenu un contrôle politique strict sur les ventes d’armement, notamment vers les pays en crise. Une solution serait de conclure un accord gouvernemental spécial sur ces deux projets communs d’armement, sur le modèle de celui qui existe déjà depuis 1997 sur l’avion européen Eurofighter. Une autre option consisterait à éviter les exportations vers les pays tiers, cette option est cependant exclue pour l’avion, dont les coûts de développement, plus élevés, ne peuvent être couverts que s’il est plus largement exporté.

CLIENT NEWS

Florence Parly en visite en Centrafrique

Après la promesse faite à son homologue, Marie-Noëlle Koyara, il y a un an, de venir en Centrafrique, Florence Parly a effectué une visite éclair à Bangui lundi 10 et mardi 11 décembre. Dans un pays où l’influence russe est chaque jour plus prégnante, l’enjeu de ce voyage était de taille pour la France.

Depuis la fin de « Sangaris », l’opération française déployée de 2013 à 2016, plus de 200 militaires ont été maintenus au sein de la Minusma et de l’EUTM-RCA, ainsi qu’un détachement d’appui opérationnel, les deux derniers étant destiné à la formation des Forces armées centrafricaines.

Tout au long de son déplacement, Florence Parly a assuré que « la France ne se désintéresse ni se désengage » à des interlocuteurs qui ont pu avoir la perception d’un vide depuis un an et demi. Bangui reprocherait à Paris de l’avoir abandonné après le départ de « Sangaris ».

Ce voyage a donc été l’occasion de faire don, comme promis, de 1 400 fusils d’assaut et de matériel amphibie aux forces armées centrafricaines, pour tenter de faire face à l’approvisionnement russe, tout en assurant « quand on parle de paix et de vies à protéger, il n’y a pas de rivalités ou d’intérêts particuliers qui tiennent ».

JUSTICE

Un nouveau parquet national antiterroriste

Le projet de loi justice, tel qu’il a été adopté par l’Assemblée nationale, prévoit la création d’un nouveau parquet national antiterroriste (PNAT). Selon la ministre de la Justice, l’objectif est de permettre au ministère public de se consacrer pleinement à « ce contentieux extrêmement spécifique ».

La création du PNAT reviendrait donc de fait à scinder en deux le parquet de Paris, qui dispose aujourd’hui d’une compétence nationale en matière de terrorisme, comme dans d’autres domaines, dont la criminalité en bande organisée.

La majorité des sénateurs, qui a voté contre cette disposition, craint que les magistrats du futur PNAT perdent en visibilité sur les liens entre petite délinquance, radicalisation et terrorisme. Le texte sera à nouveau examiné par l’Assemblée nationale au début de l’année 2019.

INTERIEUR

La police américaine met le paquet

La ville américaine de Jersey City est devenue le lieu d'une expérimentation policière. Face aux vols récurrents de colis laissés sur les pas de porte, environ un américain sur douze en a déjà été victime, la police américaine a décidé de collaborer avec Amazon pour résoudre plus facilement les délits.

Grâce au partage des données de la police et d'Amazon, des zones à risques ont été déterminées. Ensuite de faux colis contenant des GPS cachés sont déposés devant certaines maisons. Cette stratégie du cheval de Troie permet de géolocaliser le voleur et de pouvoir l'arrêter. La police de la ville souhaite étendre la zone d'expérimentation. Ce problème de sécurité est un sujet d'Amazon qui propose également d'installer une serrure électronique Amazon Key capable de reconnaitre le livreur et de le laisser entrer pour déposer le paquet en cas d’absence des résidents.  

 

L’image de la semaine

AGENDA

« A l’Est, la guerre sans fin. 1918-1923 » au Musée de l’Armée

Le brigadier-chef Karim EL ARABI est décédé accidentellement le 9 décembre au Niger dans le cadre de l’opération BARKHANE. Il était projeté au Mali depuis le 28 septembre comme équipier d’appui au recueil de l’information au sein du groupement de recherche multi capteurs (GRM).

Cent ans après l’armistice et grâce à plus de 250 œuvres issues de 15 pays, souvent inédites ou exceptionnelles (originaux des traités, le clairon qui sonna l’armistice, cartes et films d’archives…), l’exposition « A l’Est, la guerre sans fin. 1918-1923 » propose de redécouvrir cette période méconnue et de comprendre comment l’Europe s’est recomposée après la Première Guerre mondiale. Alors que les conflits cessent en Europe de l’Ouest, la guerre se poursuit à l’Est et au Proche-Orient jusqu’en 1923 : ponctuée de révolutions et de guerres civiles qui bousculent le travail des négociateurs de la paix, elle fait tomber des empires, crée de nouveaux pays et déplace des frontières.

L’exposition sera visible jusqu’au 20 janvier 2019 au Musée de l’Armée.

Rechercher
Toggle location