Le saviez-vous : en Guyane, les militaires font la guerre aux chasseurs d’or clandestins.

Dans le cadre de l’opération « Harpie », menée avec d’autres services de de l’Etat, dont la gendarmerie, les forces armées mènent des opérations sur les 300 sites de récolte illégale d’or identifiés dans la forêt guyanaise. 

SPOTLIGHT

Le Sénat salue la coopération de défense franco-belge

La Commission des affaires étrangères et de la Défense du Sénat a validé l’accord franco-belge de partenariat stratégique de long terme des forces terrestres. L’objectif des deux pays est un renforcement sans précédent de leur interopérabilité. Plus qu’un simple marché d’armement, il s’agit d’un partenariat stratégique de long terme, dans une perspective opérationnelle.

De fait, les armées françaises et belges ont souvent été engagées côte à côte (Kosovo, Afghanistan, RCA, etc.). Avec cet accord, les deux pays se dotent d’une capacité à opérer ensemble au plus bas niveau : une innovation majeure.

« Ce programme ouvre des perspectives considérables, tout en respectant la souveraineté de chacun des partenaires », a souligné le Président Christian Cambon à l’issue de la réunion. « Cette coopération est une étape importante pour la construction de capacités européennes. »

EDITO

L’annonce de la mobilisation des militaires de Sentinelle pour l’acte XIX des « gilets jaunes » crée un vif débat

Le gouvernement a annoncé, mercredi 20 mars, son intention de mobiliser les militaires de l’opération  Sentinelle  dans le cadre du dispositif de maintien de l’ordre prévu pour encadrer la 19e journée de mobilisation des « gilets jaunes ».

L’utilisation de l’armée lors d’un conflit social n’est pas une première. En 1992, Pierre Bérégovoy, alors Premier ministre, avait fait appel aux militaires pour dégager des axes routiers bloqués par des camionneurs protestant contre l’instauration du permis à points.

La communication du gouvernement a pourtant immédiatement suscité la critique. Le sujet a notamment fait l'objet de vifs échanges lors du premier débat des européennes tenu le soir même, et la polémique fut telle que le gouvernement a été contraint à une explication de texte.

Le gouvernement assure que l’objectif est de « permettre aux forces de l’ordre » de se « concentrer sur les mouvements, le maintien et le rétablissement de l’ordre ». Les militaires « ne seront pas en première ligne », précise une source gouvernementale. Il s’agit surtout de dégager des effectifs de police utilisés pour des gardes statiques dans des lieux éloignés des mobilisations de « gilets jaunes ».

Le 2 décembre, après les importantes dégradations de l’acte III des « gilets jaunes », les deux principaux syndicats de police avaient appelé de leurs vœux une telle mesure. Cette solution ne fut pourtant pas retenue, Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, ayant rappelé que les missions dévolues à l’armée étaient claires : protéger le territoire contre des agressions extérieures. « À l’heure actuelle, l’ennemi des armées, c’est le terrorisme », avait-elle déclaré.

CLIENT NEWS

Les drones armés intègrent les forces françaises

Sur la base aérienne de Cognac, l’armée française se prépare à basculer dans l’ère des drones armés. A la fin de l’année 2019, ses premiers Reaper munis de bombes guidées laser seront lancés contre les groupes djihadistes du Sahel depuis le Niger. Ils seront ensuite équipés de bombes guidées GPS, et opérationnels fin 2020 avec des missiles antichars Hellfire. En parallèle, le nombre de ces drones de « moyenne altitude longue endurance » sera quintuplé à l’horizon 2030.

Dans cette perspective, l’armée de l’air rencontre le défi de former les ressources humaines nécessaires, soit 120 mécaniciens et une quarantaine d’équipages, chacun comptant quatre militaires spécialistes. Les élèves rejoindront la base aérienne en septembre 2020 après leur formation initiale militaire pour un cursus de trois ans.

La France n’emploiera ses drones armés que dans un cadre militaire, dans le respect de ses procédures juridiques, et défend un modèle dans lequel les équipages opèrent parmi les forces sur les théâtres extérieurs, à la différence des Américains. L’armée de l’air insiste aussi pour ne pas séparer les officiers de renseignement des pilotes et opérateurs.

JUSTICE

Faire de vieux os

Jeudi 21 Mars le conseil constitutionnel a jugé que le recours aux tests osseux pour déterminer si un migrant était majeur ou mineur et s’il pouvait donc bénéficier de la protection des services de l’Aide sociale à l’enfance était conforme à la constitution. Cette décision répond à une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par un jeune Guinéen arrivé en France en 2016. Ce dernier affirmait avoir 15 ans, mais avait été considéré comme majeur suite à son refus de se soumettre au test osseux. Il avait finalement accepté de passer ce test qui lui avait donné un âge compris entre 20 et 30 ans. Cette QPC avait été appuyée par plusieurs association qui dénoncent le manque de fiabilité des conclusions de cet examen. Le conseil constitutionnel a rappelé à ce titre, qu’étant donné que ces tests ne sont pas des tests absolus, l’appréciation de la minorité doit se faire en prenant en compte d’autres éléments qui ont pu être, par exemple, recueillis lors des entretiens réalisés par les services de protection à l’enfance. Il précise également que dans les cas où le test osseux est en contradiction avec d’autres éléments, le doute doit profiter à la qualité de mineur.

INTERIEUR

Lallement à Paris

Didier Lallement nouveau préfet de police de Paris. Il se retrouve à la tête d'une administration de 42.000 fonctionnaires dont la moitié sont des policiers. Il succède à Michel Delpuech, limogé pour son laxisme dans la gestion de crise des gilets jaunes.

Il est fort de 30 ans d'expérience dans les préfectures et les cabinets ministériels. Il est réputé être ferme et intransigeant dans les dossiers et il est celui qui a contenu la grogne bordelaise des gilets jaunes. Sa stratégie offensive est dénoncée par les manifestants. Du côté des syndicats de police, qu'il a côtoyé  de 2012 à 2014, ils saluent ses compétences et son sang-froid, et espèrent qu'il insufflera une "nouvelle dynamique".

L’IMAGE DE LA SEMAINE

Lancé le 19 mars, le guide francophone des pays contributeurs aux opérations de maintien de la paix de l’ONU est un projet conjoint du Ministère français des Armées et de l’OIF. Ce nouveau guide développe une approche concrète pour accompagner les pays contributeurs dans l’ensemble de leurs démarches visant à déployer des troupes.

AGENDA

4ème édition du SOFINS du 2 au 4 avril 2019

Organisée par le Cercle de l’Arbalète, la 4ème édition du SOFINS (Special Operations Forces Networking Seminar) se tiendra du 2 au 4 avril 2019 sur le camp de Souge en Gironde. Lieu de réflexion sur les défis techniques, unique en Europe, ce séminaire est le rendez-vous de l’industrie et des Forces Spéciales. Rencontres, ateliers R&D, tests dynamiques de matériels d’équipements en conditions réelles permettent aux Forces Spéciales de tester les nouvelles technologies proposées par le monde de l’industrie pour répondre aux besoins des Opérations Spéciales.

Rechercher
Toggle location