SPOTLIGHT

Le Sénat engage une réflexion autour de la « défense européenne »

EDITO | Les puissances navales se modernisent en prévision de confrontations en mer

Tirées en avant par la stupéfiante progression de la marine de guerre chinoise, les puissances militaires se préparent à de futures confrontations en mer.

La marine chinoise affiche désormais 1,6 million de tonnes, en deuxième position derrière les Etats-Unis (3,3 millions de tonnes) et juste devant la Russie (1 million). La Chine déroule depuis 2015 une politique de défense de ses “intérêts outre-mer” pour se déployer au-delà de la première chaîne d’îles. Productrice de bâtiments en série depuis les années 2010, elle a récemment transformé la puissance de sa marine grâce à la fabrication de missiles antiaériens de longue portée pour se défendre en haute mer. Les progrès chinois sont fondés sur une innovation technologique endogène, qu’illustre notamment le programme d’un porte-avions chinois à six catapultes fondé sur la technologie électromagnétique.

Ces développements confortent une modernisation réactive des puissances navales.

Dans son dernier budget militaire, le Japon a prévu de lancer une nouvelle classe de destroyers de 3 900 tonnes. Sa décision d’acheter plus d’avions de chasse F-35 que prévu aux Etats-Unis augure également d’opérations plus coercitives dans la région.

L’US Navy investit dans des drones navals ravitailleurs pour étendre le rayon d’action de ses porte-avions afin de renforcer « l’aptitude au combat » de ses navires.

Si la Russie ne parvient plus à produire de grands bâtiments de surface, sa marine, consacrée au « déni d’accès », acquiert des capacités nouvelles très performantes, comme l’illustre son projet de nouvelle torpille « anti-cités » à charge et propulsion nucléaires.

Les marines européennes vont toujours plus loin en mer, au gré des opérations de l’UE et de l’OTAN. Compte tenu des efforts budgétaires consacrés aux forces navales, le retour sur investissement est cependant limité : difficultés de recrutement et de budget au Royaume-Uni, manque de disponibilité des navires allemands

Enfin, d’autres marines se déploient, comme celle de l’Iran, pour acheminer des armes à ses alliés, ou de la Turquie, qui ouvre des bases en Somalie et au Qatar.

Dans ce contexte mondial, la France, deuxième territoire maritime, n’a pas assez de moyens par rapport à ses ambitions : capacités antiaériennes insuffisantes, pas d’artillerie lourde pour des opérations anti-terre et pas assez de sous-marins ou plates-formes capables de lancer des missiles de croisière.

Doit-on parler d’Europe de la défense, de défense européenne, ou bien de défense de l’Union Européenne ? Cette question, parmi tant d’autres, sera au cœur des réflexions d’un prochain rapport d’information du Sénat.

Ce rapport se voudra exhaustif et couvrira les volets capacitaires, industriels et politiques. Il abordera notamment l’épineuse question du Brexit, et la notion, encore vague et mal comprise, d’ « armée européenne » sera au centre des réflexions.

Au cours des six prochains mois, les sénateurs réaliseront une soixantaine d’auditions avec un objectif clair : « balayer l’ensemble des problématiques et définir comment la France peut être force de proposition ». Le rapport du Sénat est prévu pour juin 2019.

 

CLIENT NEWS

Edouard Philippe a annoncé l’entrée en guerre de la France au Tchad.

Ce mercredi, le Premier ministre, s’appuyant sur l’article 35 de la Constitution relatif aux interventions des forces armées à l’étranger, a informé le Parlement que la France entamait des opérations offensives au Tchad contre des groupes armés venus de Libye. En effet, des Mirage 2000 de l’armée de l’air ont déjà effectué plusieurs raids depuis le week-end dernier sur des colonnes armées progressant dans le nord du pays. Engagés depuis la base de N’Djamena et appuyés par un drone Reaper, les Mirage ont ainsi pu mettre hors de combat une vingtaine de pickups appartenant à l’Union des forces de la résistance (UFR).

Ces opérations ne s’inscrivent cependant ni dans le cadre de la lutte anti-terroriste ni dans celui de l’opération Barkhane et correspondent selon le ministère des armées à une intervention en soutien à un régime allié, ce qui soulève des critiques, tant chez les parlementaires français que parmi des opposants du régime tchadien. Quoi qu’il en soit, l’annonce du premier ministre pourra donner lieu à un débat sans vote au sein du Parlement sur la stratégie suivie par la France au Tchad.

JUSTICE

Justice pour les mineurs : vers une « mesure éducative d’accueil de jour »

Le projet de loi de programmation pour la justice prévoit la mise en place, à titre expérimental, d’une « mesure éducative d’accueil de jour ». Ce dispositif, décidé par un juge des enfants, à titre de mesure éducative provisoire ou après jugement, permettra d’accueillir un mineur pendant la journée, afin qu’il suive des activités, individuelles et collectives, de façon à faciliter une future réinsertion dans la société.

Si elle est adoptée, cette mesure devrait être instaurée pour une durée de trois ans, de façon à permettre à la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse, qui pilotera le projet, de mesurer son efficacité, ainsi que les besoins des différents territoires, avant une éventuelle généralisation.

INTERIEUR

La police de sécurité du quotidien souffle sa première bougie

L'objectif de rapprocher forces de l'ordre et population s’est bien terni depuis 2 mois à cause des opérations en cours face aux gilets jaunes. Ces événements ne découragent pas le nouveau ministre de l'Intérieur qui étend la police de sécurité du quotidien à 30 nouveaux quartiers. Ces territoires à risque verront la présence de moyens supplémentaires. Cette extension est justifiée par les résultats de la première année, même si le ministre ne donne pas plus d'information. Les hommes de terrain saluent une mesure de bon sens mais qui ne remet pas en cause les problèmes structurels. Ces derniers souhaitent plus de simplification, plus de moyens, du temps notamment pour généraliser les gains aux différentes méthodes des forces de l'ordre et aussi aux caractéristiques du territoire. C'est pourquoi, les agents demandent de revoir les indicateurs afin d’être plus en phase avec les nouveaux objectifs.

L’image de la semaine

AGENDA

2e FORUM SÉCURITÉ & RÉSILIENCE : L’ENJEU DES MÉTROPOLES

La ministre des Armées a annoncé cette semaine la reprise des recherches de l’épave du sous-marin Minerve, disparu au large de Toulon le 27 janvier 1968 avec 52 marins à son bord.

Les recherches commenceront dans le courant du mois de février, et seront dirigées par la Marine nationale, avec le concours de l’institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et du service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM).

L’univers cyber démultiplie le champ du possible. Des solutions innovantes se multiplient dans tous les domaines : transports, défense, délinquance, urbanisme, réseaux d’énergies … Les métropoles constituent le point de rencontre de tous les espoirs et de toutes les menaces de notre époque. La cybersécurité est devenue le centre de gravité de cette révolution numérique présente désormais dans tous les aspects de notre quotidien. Dans le domaine sécuritaire, la majorité des experts s’accorde à convenir que les solutions les plus efficaces résident dans une attitude souple et réactive : résiliente.

Ces sujets feront l’objet de la seconde édition du Forum Sécurité & Résilience prévue le 19 février 2019, en partenariat avec le fort d‘Issy les Moulineaux qui abrite le réseau de la Gendarmerie nationale.

Rechercher
Toggle location