L’attribution des fréquences 5G se précise

L’ARCEP a présenté courant juillet les règles d’attribution des fréquences 5G. Soumises à consultation publique, elles peuvent encore évoluer mais l’ARCEP maintient son objectif de lancement de la procédure avant fin 2019, pour de premiers déploiements et ouvertures commerciales courant 2020.

La première bande mise en vente est la bande « cœur » de 3,4 à 3,8 GHz (310 MHz), alliant bon débit et couverture significative. L’état mettra plus tard aux enchères la bande des 26MHz, proposant des débits nettement plus importants mais dans un rayon beaucoup plus restreint, a priori plutôt destinée à la couverture des villes denses.

Des blocs fixes de 40 MHz pourront être achetés à coût fixe, décidé par l’Etat, tandis que les fréquences restantes seront attribuées par un système d’enchère classique par bloc de 10 MHz, avec un prix de réserve également fixé par l’Etat. C’est justement sur ce prix que l’Etat et les futurs détenteurs ont dû s’entendre : en l’échange d’une baisse générale des coûts d’acquisition (l’Etat vise un peu moins de 1,5 Mds d’euros de recette, contre 3 Mds estimés jusqu’à récemment par des analystes), les opérateurs s’engagent à fournir d’importants efforts pour la couverture mobile de l’ensemble du territoire, notamment les zones rurales, avec un objectif de 12 000 sites 5G d’ici 2025 par opérateur.

Enfin, il est à noter que l’ARCEP a prévu un scénario où un 5ème opérateur (en plus d’Orange, Bouygues Télécom, SFR et Free) se portait candidat à l’achat d’une bande de fréquence. Dans ce cas, on basculerait dans un schéma classique où l’ensemble des fréquences seraient attribuées par enchères. Toutefois, ce scénario est jugé peu probable, tant les obligations imposées aux futurs détenteurs requièrent un réseau mobile national existant et dense.

La 5G, future conductrice des voitures connectées en Europe

Si les voitures autonomes ne sont pas encore présentes sur nos routes, il existe déjà une bataille au sein de l’Union Européenne pour déterminer les standards qui vont être utilisés pour que les véhicules communiquent entre eux et avec les infrastructures routières. Si d’un côté Volkswagen, Renault, Toyota ou NXP (semi-conducteurs) privilégient le standard ITS-G5 basé sur le Wi-Fi, Daimler, Ford, PSA, Deutsche Telekom et Ericsson militent pour le standard C-V2X qui lui repose sur la 5G. La technologie 5G a l’avantage de permettre un volume d’échange beaucoup plus important alors que la technologie Wi-Fi a l’avantage d’être disponible immédiatement et de permettre une communication très rapide.

Si le Parlement Européen avait en avril dernier soutenu le standard Wi-Fi, il a dû faire fait volte-face début juillet, suite à son rejet par la majorité des pays européens, dont la France. L’Union Européenne rejoint ainsi les Etats-Unis et la Chine qui misent également sur le standard reposant sur la 5G. Cette utilisation de la 5G pourrait également permettre aux opérateurs d’amortir leurs coûts d’installation des nouveaux réseaux 5G.

Apple rachète la division mobile d’Intel qui souhaite se retirer du marché des modems 5G

Avec son trésor de guerre estimé à plus de 250 milliards de dollars et malgré des ventes d’iPhone en baisse de 17% au 2ème trimestre fiscal 2019, Apple peut se permettre le rachat de sociétés pour servir sa stratégie d’indépendance technologique vis-à-vis de ses fournisseurs.

En 2017 déjà, Apple avait acheté pour un montant resté confidentiel InVisage Technologies, start up développant une technologie unique de capteurs pour appareils photos. Cette fois Apple s’attaque à un autre composant de son iPhone en rachetant la division mobile d’Intel spécialisée dans les modems pour smartphone. La firme californienne pourrait profiter de la restructuration du marché 5G pour tirer son épingle du jeu. En effet, racheter cette division d’Intel, qui souhaite se retirer du marché des modems 5G, permet de ne pas laisser Qualcomm en situation de quasi-monopole sur ce secteur et offre à Apple la maîtrise complète de ce composant présent dans les iPhone et iPad.

Ce rachat s’est conclu pour près d’1 milliard de dollars, soit moins de 0,5% du cash à disposition de la firme à la pomme.

SFR lance sa nouvelle box, la première à proposer la norme Wi-Fi 6

Le 20 août, le groupe Altice lancera sa nouvelle box, la « SFR Box 8 », huit mois après celle de Free. La box SFR se veut « bon marché mais de haute technologie » selon Grégory Rabuel, directeur exécutif grand public et entreprises d’Altice. Comme son concurrent, SFR fait la part belle à la domotique avec un assistant intelligent baptisé « OK SFR ». L’utilisateur pourra alors gérer les lumières de son salon ainsi qu’allumer ou éteindre son téléviseur à la voix. A partir d’octobre, d’autres commandes vocales seront disponibles grâce à une liaison avec l’assistant vocal d’Amazon, Alexa.

Les autres caractéristiques de la box mettent notamment en avant des contenus vidéo 4K HDR ainsi que la norme Wi-Fi 6 pour devenir « le leader Wi-Fi dans le foyer des français ». Cette norme permettrait un débit 3,6 fois plus performant par rapport aux autres box du marché et la connexion simultanée de 200 appareils.

La dernière grande inconnue concerne son prix. Sur ce point, SFR souhaite se démarquer de ses concurrents et notamment de Free en proposant une box abordable : « on n’a pas besoin de faire des crédits pour bénéficier de la meilleure technologie chez SFR » renchérit Grégory Rabuel. Réponse le 20 août.

Le chiffre du mois

0€ 6G

0€ prix pour un abonnement 6G illimité pour 100 ans, campagne d’Orange pour éduquer les consommateurs contre le phishing et la cybercriminalité

La citation du mois

"Les services initiaux de Galileo ont été restaurés"

Communiqué de l’Agence Européenne des systèmes de navigation par satellite (GSA), à la suite de la panne qui perturbe depuis fin juin le service européen de géolocalisation GALILEO

L’évènement du mois

On vous souhaite à tous de bonnes vacances, on se revoit pour l’édition de Septembre. 


Vous souhaitez être accompagnés sur un projet de transformation Télécoms ? Vous pouvez contacter notre Partner Télécommunications Sylvain Chevallier.

Rechercher
Toggle location