Rechercher
Toggle location

La 5G à l’assaut de la maison

Verizon a lancé dès le 1er octobre son offre « fixed-wireless » 5G Home, à savoir la première box Internet mondiale via le réseau mobile 5G. A date, seules quelques grandes agglomérations américaines sont éligibles (ex : Los Angeles, Sacramento) pour une offre privilégiant dans un premier temps les clients mobiles en parc Verizon (50$/mois vs. 70$/mois pour les autres). Les débits annoncés sont de 300 Mbits/s en moyenne, et jusqu’à 1 Gbits/s en théorie selon l’état du réseau, sans limite d’abondance.

Mais ce n’est pas tout car non seulement l’installation et la mise en route du service à domicile sont offerts (ainsi que la connexion sur le réseau de tous les appareils Wi-Fi de la maison), mais Verizon offre également une Apple TV 4K ou un Google Chromecast Ultra lors de l’installation. Des services complémentaires sont également inclus dans le package, parmi lesquels peut être cité un service clients dédié et animé par des experts de la 5G.

Orange diversifie son offre Cloud

Orange Business Services a annoncé sa nouvelle orientation stratégique, par la voix de son nouveau directeur, Helmut Reisinger. Après la téléphonie d’entreprise, jugée en déclin, ses efforts se portent maintenant sur la cyber sécurité et le cloud (30% du CA d’OBS en 2017 à eux deux).

En vue de devenir un leader mondial pour le cloud, OBS a étendu son réseau de partenariats en signant un accord de distribution avec Amazon Web Services, après avoir conclu un accord avec Microsoft en février.

Cette diversification s’inscrit dans la logique de « multi-cloud », selon laquelle les grandes entreprises ne se fournissent pas auprès d’un unique prestataire, afin de limiter les risques. Cette logique semble fonctionner, OBS affichant une croissance de 18% au S1.

Toujours par deux elles vont, ni plus, ni moins : la SIM et la dual-SIM

La double-SIM (parfois dual-SIM) est une caractéristique permettant à un terminal mobile de contenir simultanément 2 SIM, potentiellement connectées via des offres et opérateurs différents ce qui est principalement utilisé dans 2 cas de figure : les usages pro/perso, ou encore les voyageurs assidus (parmi lesquels les frontaliers). Si les marchés asiatiques (ex : 90% des terminaux en Chine et 98% en Inde) ou les retailers (environ 50% des terminaux) privilégient déjà fortement les terminaux double-SIM, les opérateurs occidentaux demeurent encore principalement attachés aux terminaux simple SIM. Une des raisons sous-jacentes : leurs systèmes d’informations sont traditionnellement articulés autour du paradigme 1 terminal = 1 SIM.

Alors non la double-SIM ne marque pas une révolution made in Apple via les derniers iPhones, mais la firme à la pomme se démarque par une 2e SIM embarquée (ou eSIM). L’eSIM est une technologie récente où la SIM est « une puce » embarquée dans le terminal, ce qui nécessite des ajustements de la part des opérateurs pour être prise en charge : à date seuls un peu plus d’une dizaine supportent la fonctionnalité (aucun opérateur national français, mais des opérateurs internationaux tels Gigsky).

Le coup de com de Free sur le RTC

Début septembre, les abonnées FreeBox en dégroupage partiel (ayant gardé leur ligne RTC d’Orange) ont reçu un mail de Free, les encourageant à passer à une offre de dégroupage total. La raison invoquée ? L’arrêt du déploiement du RTC par Orange, prévue pour novembre 2018. Cette communication a été jugée trompeuse par Orange, car l’arrêt du déploiement ne signifie pas arrêt du service pour les lignes existantes. Après de vives discussions en coulisse, Free a envoyé un deuxième mail dans lequel il précise que cet arrêt de déploiement « est sans conséquence pour les offres » existantes.

Vous pourriez aussi être intéressé par