Rechercher
Toggle location

Un premier bilan mitigé pour les nouvelles Freebox

8 ans après les premières Freebox, Free dévoile la Freebox Delta à 59,99€ (ou 49,99€ + 480€) et la Freebox One, une box classique à 29,99€ (puis 39,99€ après un an), s’éloignant ainsi du marché low-cost. La Freebox Delta se pose en distributeur de services, comme a pu le commenter Henri Tcheng, associé expert en Télécoms, en proposant une enceinte Devialet, Netflix, TVbyCanal, Alexa ainsi qu’un pack sécurité avec une caméra. Ces nouvelles offres ont suscité la grogne des consommateurs, déjà mécontents des délais de livraisons qui s’allongent. De plus, UFC-Que Choisir a mise en demeure Free pour la location imposée de l’enceinte Devialet à 10€/mois, ainsi que pour les frais de mises en services (99€) jugés injustifiés. Free a décidé de revenir en arrière et a supprimé ces frais et met au point en urgence l’offre Delta S, qui n’inclut plus l’enceinte Devialet. Comme a pu le souligner Sylvain Chevallier, associé de l’équipe Télécoms, la multiplication des offres suite au revirement de Free n’apporte que de la confusion pour les consommateurs ce qui n’est pas de très bon augure.

En savoir plus :

L’ARCEP continue de presser Orange

Ces derniers mois, les relations entre l’ARCEP et Orange se sont significativement tendues. Dernier épisode en date : le régulateur a mis en demeure l’opérateur historique sur le respect de ses engagements en terme de qualité sur les offres de gros à destination du marché entreprises, mais également l’accès à la boucle locale. Prise en décembre, cette décision a été publiée sur le site de l’ARCEP en janvier et fait suite à un autre sujet de discorde : la baisse de  qualité du service universel de téléphonie fixe, pointée en octobre. Concernant le marché entreprise, l’ARCEP a communiqué des valeurs sur certains indicateurs de qualité (délai de livraison, qualité du SAV, etc.) à atteindre pour chaque trimestre 2019, sous risque de sanction. Dans le scénario extrême, l’ARCEP prévoit, pour chacun de ces sujets, une amende à hauteur de 5% du chiffre d’affaire, ce qui pourrait représenter 2 amendes de 1 milliard d’euros chacune pour Orange.

En savoir plus sur la mise en demeure de l’Arcep

La consolidation ? Oui, mais…

Depuis plusieurs mois, les rumeurs de consolidation du marché télécom français se sont multipliées, plusieurs rapprochements entre opérateurs étant décrits comme imminents. Certains observateurs annoncent un retour possible à 3 acteurs sur le marché grand public, mais ces annonces n’ont pas encore été suivies des faits. En revanche, ce phénomène de consolidation est bien à l’œuvre sur le marché des entreprises. Beaucoup plus éclaté que le marché grand public, notamment par la diversité des usages et des technologies, ce marché offre de nombreuses opportunités de croissance externe pour les « gros » opérateurs. Ainsi, Bouygues est entré en négociations exclusives pour racheter Nerim, un opérateur télécoms d’entreprises. De même, Free est entré au capital de Jaguar Network, spécialisé dans la fourniture de cloud, téléphonie et fibre auprès des entreprises. Ces acquisitions ne devront pas, pour l’heure, bouleverser l’ordre établi sur le marché entreprises, avec notamment Orange et ses 70% de parts de marché.

En savoir plus sur la consolidation

Etat des lieux de l’avancée des opérateurs français sur la 5G

Orange après avoir initié des tests techniques 5G à Marseille, prépare une première phase de tests dans la cité phocéenne, dès 2019, avec 500 utilisateurs. A également été annoncé le lancement de ses offres pré-commerciales 5G disponibles à Lille, Paris, Marseille, Nantes et 13 villes européennes pour 2019.

Bouygues Telecom a implanté ses premiers sites 5G à Bordeaux et à Lyon, et teste en conditions réelles la 5G sur la bande des 3.5 GHz, notamment les appels.

SFR a, pour sa part, choisi Nantes et Toulouse en implantant ses premiers émetteurs fin janvier, visant à tester notamment la diffusion TV.

Free, l’opérateur le plus en retard, entend embaucher des salariés dédiés au déploiement de ses réseaux. Free a également effectué des tests dans ses locaux et a déposé une demande d’installation d’antenne 5G à Marseille.

En savoir plus sur les tests sur la 5G