A la suite des 3 précédents articles dédiés aux énergies marines renouvelables, ce dernier article – clôturant notre série - vise à synthétiser les atouts et enjeux de chacune de ces technologies dont le point commun est d’exploiter l’immense source d’énergie que représentent les océans. L’infographie présentée permet d’évaluer chacune des technologies selon 4 critères :

  • Taille du marché : nombre d’acteurs, puissances installées ou en cours d’installation, potentiel mondial en terme de puissance disponible (en TWh/an) ;
  • Faisabilité économique : prix de vente de l’électricité (LCOE[1], c’est-à-dire le prix complet d’une énergie sur la durée de vie de l’équipement qui la produit), appels d’offres en cours ;
  • Faisabilité technique : barrières physiques liées à chaque technologie ;
  • Acceptabilité : focus sur l’opinion publique et les collectivités locales, étude de l’impact sur les écosystèmes.

Sur les 6 technologies retenues pour cette série, 2 ont fait l’objet d’articles détaillés : l’éolien en mer flottant qui permet l’exploitation de l’énergie cinétique du vent en zones profondes et l’énergie osmotique qui exploite la différence de salinité entre deux liquides afin de générer de l’électricité. Les 4 technologies restantes sont les suivantes :

Houlomoteur :
En 1869, Victor Hugo évoquait déjà dans l’Homme qui rit un système permettant – sous l’action de l’énergie des vagues - d’entraîner des cloches avertissant la présence de certaines bouées de signalisation maritime. 150 ans plus tard, l’idée d’exploiter l’énergie houlomotrice obtenue grâce à la houle pour transformer cette énergie mécanique en énergie électrique tente de devenir une réalité technologique.

Marémoteur :
Le principe d’une centrale marémotrice s’appuie sur une énergie potentielle : cette source d’énergie utilise le marnage pour produire de l’électricité en exploitant la différence de hauteur entre deux bassins séparés par un barrage. Ce type d’installation est en général situé au niveau d’un bras de mer ou d’un estuaire et est équipé d’une infrastructure qui met en œuvre des turbines de basse chute actionnées par le flux d’eau de mer entre les deux bassins (situés à des niveaux différents).

Hydrolien :
Une hydrolienne est une turbine sous-marine qui utilise l’énergie cinétique des courants marins ou de cours d’eau, comme une éolienne utilise l’énergie cinétique de l’air. Cette énergie est transformée en énergie mécanique qui, elle est transformée en énergie électrique.

Energie thermique des mers :
L’énergie thermique des mers (ETM) consiste à exploiter le différentiel de température des océans entre les eaux de surface et les eaux profondes afin de produire de l’électricité. Ce différentiel de température s’explique par la diminution de l’énergie solaire absorbée par l’eau avec la profondeur.

 


 

Auteurs :
Florian Deveza, Consultant
Lucie Moulin, Consultant
Teresa Resta, Manager

Lire aussi : Panorama des Energies Marines Renouvelables

Rechercher
Toggle location