Le nucléaire est la seule énergie dite « zéro-carbone » permettant de produire de l’électricité en masse et sans intermittence. Face aux enjeux climatiques et à la demande énergétique croissante, de nombreux pays se lancent dans la construction de nouveaux réacteurs. Historiquement pionnière de l’industrie nucléaire, la France cherche à se positionner sur ce marché notamment grâce à son dernier modèle de réacteur : l’EPR. Quelle est la place de l’EPR dans le monde ? Quels enseignements tirer de Flamanville 3, seul EPR en construction sur le sol français ? Quels enjeux pour la filière nucléaire française aujourd’hui ? Notre dossier thématique sur le nouveau nucléaire français donnera des clés pour répondre à ces questions d’actualité.

Un peu de contexte

La production d’électricité nucléaire ou nucléaire civil est encore une industrie jeune par son âge, moins de 70 ans, mais également par sa taille. L’expertise technique et logistique nécessaire à la construction d’une tranche est un cap difficile à franchir, ce qui explique en partie le faible nombre de réacteurs construits dans le monde. Nous désignons par Nouveau Nucléaire l’ensemble des réacteurs en construction ou récemment construits. Ils intègrent les retours d’expériences des premiers réacteurs construits au XXème siècle pour en proposer des versions plus sûres, plus efficaces, à la consommation plus faible et avec une empreinte écologique moindre. En France, qui reste un des pays leaders du nucléaire, le Nouveau Nucléaire doit notamment venir progressivement remplacer le parc actuel vieillissant.

Actuellement, 4 générations de réacteurs nucléaires sont distinguées. Chaque génération correspond à un saut technologique au niveau de la conception et présente des innovations sur les différentes problématiques du nucléaire.

Figure 1: Infographie BearingPoint

Et l’EPR dans tout ça ?

L’EPR (« Evolutionary Power Reactor ») est un réacteur à eau pressurisée de génération III+ qui possède une puissance électrique nette pouvant atteindre 1 660 MWe.

L’EPR s’inspire de la technologie répandue des Réacteurs à Eau Pressurisée (REP) de génération II utilisant des neutrons lents ralentis par de l’eau mais s’en différencie grâce à l’intégration des dernières avancées du secteur en matière de sûreté, de protection de l’environnement, de performances techniques et économiques.

Les caractéristiques de l’EPR :

  • Une durée de vie nominale de 60 ans contre 40 ans pour un réacteur de deuxième génération
  • Une production de déchets radioactifs réduite de 30%
  • Un meilleur rendement grâce à une consommation moins importante de combustible
  • Une réduction du risque d’accident grave grâce à 4 systèmes de sécurité redondants et l’épaisse enveloppe de confinement en béton

L’EPR Parmi les projets dans le monde

Figure 2: Infographie BearingPoint

Auteurs :
Virgile Naudé, Consultant
Julien Bos, Manager
Emmanuel Autier, Partner

  • Sources

    Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA)

    Electricité de France (EDF)

    Framatome

    Autorité de sûreté nucléaire (ASN)

    Société Française d’Energie Nucléaire (SFEN)

    Futura Sciences

    Connaissancedesenergie.org

     

Would you like more information?

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, nos experts sont à votre disposition.

Rechercher
Toggle location