Le continent africain a vu son quotidien marqué par de profonds bouleversement liés à la révolution autour des services et des business models et, plus particulièrement, par la montée en puissance du digital depuis les années 2000. En Afrique, le taux de pénétration des smartphones a connu une croissance exponentielle et devrait poursuivre cette trajectoire dans les années à venir. 

Etant donné le contexte de révolution digitale, pourquoi et comment les entreprises en Afrique doivent s’approprier le digital pour réinventer les relations B2B2X et monétiser de nouveaux services ?

Différents usages ont vu le jour autour des smartphones, avec le développement d’applications mobiles dédiées aux besoins de la population locale. Dès la fin des années 2000, les services financiers ont d’ailleurs connu des changements majeurs sur l’ensemble du continent, à la fois sur des activités B2B et B2C : transfert d’argent ou accès à des comptes bancaires via mobile, achat en ligne, etc.
Ainsi, ces services ont soulevé des enjeux de mise en place d’interopérabilité entre les opérateurs afin de garantir une continuité de services ainsi que l’accès à des réseaux stables et fiables.

Les secteurs de la télécommunication et des services financiers tendent vers l’émergence d’écosystèmes digitaux capables d’offrir une plus grande valeur ajoutée aux consommateurs.

 

Ces différents usages reposent sur la mise en place d’infrastructures lourdes permettant aux zones rurales de bénéficier de services tout aussi performants que dans les zones urbaines. L’Afrique reste à cet effet un continent attractif les opérateurs Télécoms et les GAFAM  qui contribuent fortement à l’implémentation d’infrastructures pour améliorer l’accès aux services digitaux (sur smartphone, tablette ou PC). L’enjeu de l’Afrique est de rattraper son retard et de faciliter l’accès aux services via différents canaux, tout en développant des écosystèmes digitaux autour de ces services, souvent complémentaires entre eux.

Cela n’a pas empêché l’Afrique d’être pionnière dans la création et l’évolution d’usages grâce au digital. L’amélioration de la qualité de vie, l’accès aux services pour les particuliers et les entreprises, en ville ou en zone rurale, sont des défis auxquels le continent fait face au quotidien. La crise sanitaire de la Covid-19 a également renforcé la digitalisation de services, notamment autour dans le domaine de la santé.

L’essor du e-commerce sur le continent positionne la vente en ligne comme réel atout pour la résilience des entreprises.

 

Le digital représente un potentiel énorme et met en avant l’opportunité de créer de nouveaux services pour tous types de secteurs d’activité : la santé, la banque, l’éducation, la formation, l’industrie, l’agriculture, l’accès à une économie plus inclusive, l’administration, etc.

Au-delà de la création de nouveaux services, le digital permet de réinventer les relations en passant du B2B au B2C, puis au B2B2X.

Les écosystèmes B2B2X sont un terrain de jeu idéal pour exploiter au maximum toutes les opportunités de business offertes par le digital.

 

En complément, le digital offre l’opportunité de monétiser de nouveaux services à destination des entreprises ou des particuliers et d’en sécuriser les échanges. C’est le cas notamment de Tala, la startup qui a su bouleverser l’accès au micro-crédit aux particuliers non bancarisés au Kenya et en Tanzanie et dont la solvabilité est, par conséquent, difficile à déterminer.

Etant donné ce contexte de révolution digitale, pourquoi et comment les entreprises en Afrique doivent s’approprier le digital pour réinventer les relations B2B2X et monétiser de nouveaux services ?


Contact : François Desclos, Senior Manager

  • Téléchargez le livre blanc : « Monétisation digitale en Afrique »
    Téléchargez le livre blanc : « Monétisation digitale en Afrique » 7.43 MB Download

Would you like more information?

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette publication, nos experts sont à votre disposition.

Toggle master download
Rechercher
Toggle location