D'après une étude européenne menée par BearingPoint*, les Français restent très attachés aux modes de paiement traditionnels : l’argent liquide, le chèque et la carte. A l’inverse, les panels de consommateurs finlandais et irlandais sont considérés comme novateurs en raison de leur forte utilisation du paiement mobile, qui n'a pas encore réellement percé en France.

Un usage encore répandu de l’argent liquide en Europe, sans perspectives de changement majeur dans les cinq années à venir.

Pour la majorité des pays étudiés, l’argent liquide reste le moyen de paiement le plus utilisé (e.g., 79% en Autriche, 71% en Allemagne, 55% en France).

L’âge est cependant un facteur déterminant, puisque seulement 37% des Français de 18 à 24 ans en sont adeptes, alors que 62% des 55 ans et plus déclarent y avoir recours fréquemment. Ce type de paiement est majoritairement utilisé pour sa praticité, l'anonymat qu’il garantit et sa familiarité.

La fréquence d’utilisation des espèces en France suit cependant une légère tendance à la baisse, puisque seuls 15% des sondés l’utilisent quotidiennement. Aussi, malgré leur attrait historique pour l’argent liquide, un tiers des Français pourrait envisager de s’orienter vers une autre méthode de paiement dans les dix prochaines années.

En parallèle, les Français ont une forte appétence pour le paiement par carte avec code ou sans contact.  

44% des Français ont recours fréquemment au paiement par carte avec code et 53 % au sans contact chiffre élevé mais qui reste assez éloigné des Finlandais qui déclarent utiliser fréquemment le paiement sans contact par carte 71 %. Le paiement sans contact est le deuxième moyen de paiement le plus utilisé en Europe. Il est particulièrement apprécié par les 18 à 24 ans, qui le qualifient à 55% de rapide et à 54% de pratique.

La France occupe la deuxième place du classement derrière les Pays-Bas en terme d’utilisation des paiements sans contact.

En termes de perspectives, le paiement par carte bancaire, avec code et sans contact semble avoir un important potentiel en France, puisque 28% des sondés déclarent souhaiter l’utiliser davantage dans les deux années à venir.

En outre, l’abandon du chèque en France ne semble pas immédiat, celui-ci comptant (32%) d’adeptes dans le panel des sondés.

Les Français recourent en effet encore largement au chèque contrairement à l’ensemble des pays européens qui l’ont pratiquement délaissé. Selon notre étude, 30% des Français y ont toujours recours, contre seulement 2% en moyenne dans les six autres pays analysés. Les principaux utilisateurs de ce mode de paiement sont les 55 ans et plus, avec un taux d’utilisation de 41%. Si le chèque dispose encore d’une certaine notoriété, son utilisation décline et risque de disparaitre petit à petit des habitudes de paiement des Français.

Le paiement mobile est une pratique encore peu développée.

Selon les chiffres de BearingPoint, seuls 12% des Français utilisent régulièrement leur téléphone pour effectuer des paiements, contre une moyenne européenne de 27%. Ce chiffre monte à 33% chez les consommateurs les plus jeunes, témoignant d’un intérêt croissant pour ce nouveau mode de paiement.

Toutefois, les paiements digitaux (comprenant les paiements mobiles, paiements en ligne et les portefeuilles numériques) rencontrent encore des obstacles d'ordre technique ou de sécurisation. Près de la moitié des Français (48%) déclarent rencontrer des difficultés d’utilisation de ces moyens de paiement, soit un taux similaire à celui observé dans les autres pays européens. Si ce constat est partagé, les Français sont cependant les moins enclins à augmenter leur usage des paiements mobiles dans les deux prochaines années. A l’inverse, l'Irlande et la Finlande affichent respectivement des potentiels de croissance de 35% et 33%, illustrant la dynamique positive du marché des paiements digitaux.


Les résultats du sondage soulignent ainsi des différences importantes d’utilisation des moyens de paiement sur le continent européen. Si la pandémie de Covid-19 a durablement modifié les usages de l’ensemble des populations ainsi que l’écosystème des paiements, elle atteste également le potentiel de croissance des paiements digitaux.

En plus d’une utilisation décroissante de l’argent liquide à travers l’Europe, de nouveaux acteurs et modes de paiement émergent, forçant les entreprises et les institutions nationales et communautaires à anticiper les évolutions du secteur, notamment via la directive européenne DSP3. Parmi les nouveaux moyens de paiement en ligne de front aujourd’hui, se trouvent notamment l’Euro digital, porté par la BCE, et les crypto-monnaies. Dans cette lignée, BearingPoint se place comme un acteur européen de premier plan sur ces nouveaux moyens de paiement.

*Les données sont issues d'une enquête en ligne réalisée entre le 11 et le 22 septembre 2023 auprès de 8 114 personnes en Allemagne (2 040), en Finlande (1 004), en France (1 056), en Irlande (1 002), aux Pays-Bas (1 006), en Autriche (1 005) et en Suisse (1 001). Les résultats ont été pondérés et concernent les populations âgées de 18 ans et plus. Un extrait des réponses possibles est partiellement affiché. Pour certaines questions, plusieurs réponses étaient proposées.

Contacts :
Laurent Beix
- Maxime Spay

  • Téléchargez l'infographie
    Téléchargez l'infographie 824.62 KB Download

Would you like more information?

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, nos experts sont à votre disposition.