Dans un cadre d’urgence climatique, l’un des enjeux majeurs des années à venir sera celui de la décarbonation. Le nucléaire est aujourd’hui la seule énergie permettant de produire de l’énergie dite « zéro carbone », en masse et sans intermittence. Face aux imposantes centrales nucléaires traditionnelles, un nouveau modèle voit le jour : les Small Modular Reactors (SMR). Que sont-ils ? Quels en sont les bénéfices ? Quelle place se font-ils dans le marché mondial ? Quel est le positionnement des acteurs de la filière française ? Notre dossier thématique sur les Small Modular Reactors donnera des clés pour répondre à ces questions d’actualité.

Le nucléaire est la seule énergie décarbonée permettant de produire de l’électricité en masse et sans intermittence. Ceci, Emmanuel Macron l’a bien compris. Ainsi a-t-il dit : « Pour produire de l’énergie, en particulier l’électricité, nous avons une chance, c'est notre modèle historique : le parc installé de nucléaire. C’est ce qui nous permet d’être un des pays en Europe qui émettent le moins de CO2 par électricité produite ».

En octobre 2021, le Président de la République a annoncé plusieurs mesures figurant dans son programme d’investissement « France 2030 ». Outre la relance des chantiers de construction d’EPR, Emmanuel Macron a également montré un grand intérêt pour les innovations de rupture, pour lesquelles le Gouvernement consacrera 1 milliard d’euros, notamment les SMR : « L’objectif numéro 1, c’est faire émerger en France d’ici 2030 des réacteurs nucléaires de petite taille et innovants, avec une meilleure gestion des déchets ».

En France, les acteurs de l’industrie nucléaire souhaitent également se positionner sur ce marché et développer des SMR. Le gouvernement français a lancé un appel à projets intitulé « Réacteurs nucléaires innovants » le 9 mars 2022 dans le cadre de son plan « France 2030 », qui est doté de 500 millions d’euros. L’objectif de cet appel à projets est de « soutenir de nouveaux concepts complets de réacteurs nucléaires innovants, dans les domaines de la fission et de la fusion nucléaire ». Cet appel à projets représente une véritable opportunité pour les acteurs du nucléaire et invite également de nouveaux acteurs à entrer sur ce marché : « Ce premier AAP « réacteurs nucléaires innovants » s’adresse notamment à des acteurs émergents qui ont l’ambition de créer un nouvel écosystème de start-ups nucléaires, complémentaires avec les champions du secteur »1.

NUWARD

Le consortium EDF, TechnicAtome, le CEA et Naval Group travaille depuis plusieurs années sur un SMR REP de 340 MWe (2 réacteurs de 170 MWe) appelé NUWARDTM. Cette union permet d’assembler le « savoir-faire du CEA en matière de recherche et de qualification de nouvelles technologies, l’expérience d’architecte-ensemblier et d’exploitant d’EDF, celle de Naval Group en matière de structures modulaires, ainsi que l'expertise en matière de conception de réacteurs compacts de TechnicAtome »2. L’intégration de TechnicAtome et Naval Group dans ce consortium est cruciale, ceux-ci ayant d’ores et déjà conçu et fabriqué une vingtaine de réacteurs similaires pour la Marine Nationale ces cinquante dernières années3.


Vue en image de synthèse du principe du réacteur SMR étudié par le consortium Nuward. © Nuward Consortium

Officiellement présenté en 2019 lors de la conférence générale tenue par l’AIEA, le projet NUWARDTM a été soutenu par l’Etat via un financement de 50 millions d’euros à l’occasion du Plan de Relance 2020-2022 et est de nouveau soutenu par le Plan France 2030.

La feuille de route du projet Nuward est la suivante :


Schéma BearingPoint d'après la feuille de route EDF

START-UPS

Outre ces acteurs historiques, de nouveaux projets voient le jour, lancés par des start-ups françaises pleines d’ambition :

  • Naarea est une start-up créée en 2020, pionnière dans le micro-nucléaire de quatrième génération, qui a inventé le XSMR (Extra Small Modular Reactor) à sels fondus, réutilisant les déchets industriels pour combustible4.
  • Jimmy est une start-up créée en 2021 qui a levé 2,2 millions d’euros en février 2022 pour concevoir et commercialiser « des générateurs thermiques clés en main, connectés aux circuits de chaleur des usines. Ces générateurs reposent sur un microréacteur nucléaire pour créer de la chaleur »5. Ce micro-réacteur a une puissance de 10 MWth.

Auteurs :  
Marie-Anne Massardier, consultante 
Julien Bos, manager sénior  

  • Sources

    [1] https://www.economie.gouv.fr/france-2030-ouverture-appel-projets-reacteurs-nucleaires-innovants
    [2] https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/journalistes/tous-les-communiques-de-presse/cea-edf-naval-group-et-technicatome-presentent-nuward-projet-commun-de-petit-reacteur-modulaire-small-modular-reactor-smr
    [3] https://new.sfen.org/rgn/nuward-futur-smr-francais/
    [4] https://www.naarea.fr/
    [5] https://jimmy-energy.eu/a-propos

Would you like more information?

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, nos experts sont à votre disposition.

Rechercher
Toggle location