Les processus de planification et de prévision traditionnels ne sont pas adaptés au pilotage en période de crise

La pandémie de COVID-19 pose d’énormes défis aux contrôleurs et aux planificateurs. L’incertitude complique toujours les prévisions. Sur les 65 dernières années, il n’y a jamais eu autant d’incertitude qu’aujourd’hui.

À la mi-mars, la volatilité sur les marchés financiers mondiaux a atteint un record historique. Bien que les marchés se soient stabilisés, la volatilité n’a pas encore retrouvé les niveaux d’avant la crise. On observe également un niveau record d’incertitude économique. Dans de nombreux pays, la confiance des entreprises dans le développement économique a fortement chuté. Par exemple l’indice IFO du climat des affaires en Allemagne a fortement baissé en mars/avril avant de remonter légèrement en mai. En France, selon l’INSEE, la variation du produit intérieur a été de -5,7 % au premier trimestre 2020 par rapport à l’année précédente, et de -13,5 % au deuxième trimestre par rapport à l’année précédente. Des baisses aussi brusques rendent difficile la prévision du PIB pour 2020 avec un certain degré de précision : des prévisions avec de larges fourchettes sont actuellement publiées.

En raison de leurs fluctuations et du cours difficilement prévisible de la pandémie, de telles statistiques posent des défis importants aux planificateurs et aux contrôleurs. Les bases de référence des périodes précédentes avaient toujours été fiables. Aujourd’hui, elles sont pour la plupart inutiles. Les structures et les processus doivent être adaptés pour répondre à la mutation rapide de l’environnement qui caractérise une crise.

Selon notre expérience, une crise passe par quatre phases : le choc, la réduction des coûts et la restructuration, la consolidation et le redémarrage. Ces quatre phases soumettent les processus de planification et de prévision à des exigences spécifiques pendant une période de crise. Le mode de crise exige des actions à effet immédiat et des prévisions continues. Les processus budgétaires, et à moyen terme dans un contexte d’après-crise, nécessitent une planification ciblée. Par ailleurs, la crise offre l’opportunité d’accompagner la préparation et la relance avec une planification optimisée. Nous présentons ci-après trois exigences majeures d’ajustement du processus de planification en période de crise :

Would you like more information?

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette publication, nos experts sont à votre disposition

Rechercher
Toggle location