Rechercher
Toggle location

Selon le 6ème Observatoire des Achats* (étude BearingPoint en partenariat avec l’ESSEC, Microsoft France et Novamétrie), le niveau de mise en œuvre des Achats Durables est révélateur de la maturité de la fonction Achats d’une entreprise. Si une démarche RSE (Responsable, Sociale et Environnementale) est jugée incompatible avec des objectifs à court terme par la moitié du panel interrogé, certains Directeurs Achats parviennent à lever les freins par une démarche proactive.

Les entreprises sont conscientes de l’effet « lumière verte » des Achats Durables

Sur le chemin des Achats Durables, 44% des Directeurs Achats français estiment que la création de valeur est la première attente de leurs clients internes, constat majoré en Allemagne (71% des répondants) et dans une moindre mesure, dans les pays scandinaves (53% des répondants). Ainsi et fort logiquement, plus de 62% des Directeurs Achats français considèrent la démarche RSE comme susceptible d’accélérer l’innovation ; constat partagé dans les mêmes proportions par la Scandinavie et l’Allemagne (respectivement 63% et 60%). Par ses contraintes en effet, la réglementation environnementale suscite la créativité de l’entreprise en permettant d’identifier de nouveaux relais de croissance. Enfin et comme conséquence, près de 80 % des Directeurs Achats ont conscience que de telles pratiques impactent directement la relation avec leurs fournisseurs, de par la collaboration plus étroite qu’elles induisent.

Sur le terrain, le niveau des entreprises européennes est pour le moins contrasté

70% des entreprises françaises définissent la démarche RSE comme un axe stratégique de leur communication ; 62% présentent leur démarche d’Achats Durables dans leur rapport annuel. Pourtant, seules 16% des entreprises françaises effectuent des Achats durables sur plus des 2/3 de leur portefeuille et 13% évaluent leurs fournisseurs selon des critères RSE. Sur ces derniers indicateurs, nos voisins européens nous devancent nettement : en Allemagne, les Directeurs Achats déclarent à 23% que les Achats Durables portent sur 2/3 de leur portefeuille (on monte à 43% pour le Royaume-Uni), tandis que l’évaluation des fournisseurs selon des critères RSE est particulièrement développée dans les pays scandinaves (30% des répondants). L’explication avancée tient dans les coûts des Achats Durables : pour près de la moitié du panel (48%) en effet, l’incompatibilité avec les objectifs à court terme constitue le principal frein à la mise en place des Achats Durables. Viennent ensuite l’insuffisance d’offres structurées en provenance des fournisseurs et le manque de suivi formel des actions par des indicateurs.

Au final selon l’étude, trois conditions sont nécessaires pour concrétiser les Achats Durables :

  • Elaborer des convictions fortes pour convaincre les clients internes de la pertinence d’une stratégie d’Achats Durables,
  • Dépasser la seule fonction Achat et impliquer d’autres départements, tout en bénéficiant toujours d’un fort soutien de la Direction Générale,
  • Relayer le message que les Achats Durables contribuent au développement des ventes et à la valeur de la marque.
Pour le long terme : des pistes concrètes d’action existent

Parmi les différentes pistes explorées par l’étude, trois retiennent l’attention :

  • Aller vers un modèle de Coût Complet Durable où le modèle TCO est étendu à l’ensemble du cycle de vie du produit, en incluant notamment la valorisation des risques et la contribution à la marque.
  • Mettre en place des processus transverses de créativité : l’acheteur peut jouer le rôle de catalyseur de créativité en faisant converger les objectifs des différentes fonctions d’entreprise et stimuler ainsi l’innovation.
  • Donner du sens par petites touches en faisant converger les aspirations du personnel et des clients avec une stratégie d’entreprise.

=> Nous sommes à votre disposition pour vous adresser l’étude sur demande.

(*) Créé en 2004, l’Observatoire des Achats a pour objectif de proposer chaque année une réflexion inédite sur l’évolution de la fonction Achats. Cette édition se fonde sur une étude européenne conduite auprès de Directeurs Achats entre juillet 2010 et janvier 2011, à partir de 305 entretiens téléphoniques (dont une centaine hors France) complétés de 50 entretiens individuels.

Contacts presse
F2SCOM

Jérôme Goaër 
01 44 82 46 24 
j.goaer@f2scom.com

Contact BearingPoint

Paul Mazloum
Directeur Marketing & Communication
Tel. : +33 1 58 86 30 70

More press releases